dimanche 31 juillet 2011

Réduire son empreinte écologique : la famille Kiagi vous aide

Dans cette vidéo, la famille Kiagi vous aide à réduire votre empreinte écologique :

vendredi 29 juillet 2011

Les oiseaux de mon jardin


Mon jardin doit figurer sur le guide touristique des oiseaux. En ce moment, il y a foule !
Il faut dire que je laisse des fruits à leur intention dans mes arbres fruitiers et que j'ai installé un bain des oiseaux (simple bassine en zinc dans laquelle j'ai mis des galets pour obtenir des profondeurs différentes) qui leur plaît beaucoup.

Il y a les habitués comme les mésanges, moineaux, grives, merles, pic épeiche, pic vert, et les petits nouveaux comme une buse ou des geais.






Les pesticides, insecticides et autres poisons ont toujours été bannis du jardin, des endroits "sauvages" ont été créés, des tas de branchages ont été laissés, un hôtel à insectes a été installé, tout cela afin de favoriser la biodiversité. Je suis sûre que les oiseaux apprécient aussi cette profusion de nourriture.
Il reste encore une petite mare à créer et quelques petits murets de pierres sèches à réaliser afin que le lieu soit encore plus fréquenté.
La porte fenêtre de la cuisine donne sur le jardin et c'est agréable de prendre le petit déjeuner ou de préparer les repas en compagnie de toutes ces petites bêtes. Pas besoin d'être dans un lodge en Afrique (même si cela doit être agréable) pour apprécier la nature et les animaux.

mercredi 27 juillet 2011

Pourquoi manger bio ?

La famille Kiagi vous explique pourquoi manger bio


mardi 26 juillet 2011

Quels sont vos gestes écolos ?

 (source image Microsoft Office)

Quoi de mieux que les vacances, le moment ou l'on se pose un peu pour faire un bilan.
Aujourd'hui je vous propose de faire le bilan de vos gestes écolos. Que faites-vous au quotidien, quels gestes, mêmes minimes, accomplissez-vous ?
Réfléchissez bien, visualisez votre journée d'hier par exemple, ou la semaine écoulée et listez, notez.
Quand vous avez terminé, vous pourrez alors regrouper certaines actions en catégories, ou par pièce de votre maison, comme par exemple "la nourriture" ou "dans la cuisine".
Vous verrez alors que dans certains domaines vous êtes très bon (meilleur que ce que vous pensiez) ou que dans certains autres vous avez beaucoup de progrès à faire. C'est donc à ces domaines là qu'il faudra vous atteler à la rentrée !

Allez, je vais vous aider un peu et vous donner quelques exemples de ma propre liste :

pour la nourriture :

- acheter les produits de base en gros (limiter les emballages) et en magasin bio
- acheter les farines bios directement dans un moulin
- boire de l'eau du robinet (filtrée)
- tout cuisiner maison (et au four solaire quand cela est possible) y compris faire le pain et les viennoiseries et ne jeter aucun reste
- glaner dans la nature
- être végétarienne
- manger, presque exclusivement,  la production du jardin et du verger et en conserver (par congélation, stérilisation et déshydratation) une partie pour l'hiver



pour le jardinage :

- cultiver en bio et en permaculture le jardin et le verger et privilégier les variétés régionales
- récupérer l'eau de pluie, utiliser des gouttes à gouttes et pailler le jardin
- faire des purins et les utiliser à la place des engrais et des insecticides
- faire du compost et avoir également un lombricomposteur (fait maison)
- fabriquer un hôtel à insectes, nourrir les oiseaux l'hiver, installer un bain pour les oiseaux et laisser quelques endroits un peu sauvage pour attirer les petits animaux.



autres actions :

- remplacer une grande partie des produits ménagers par du bicarbonate et du vinaigre blanc
- fabriquer ses propres produits de beauté
- mettre des aérateurs sur les robinets et remplacer les bains par des douches
- mettre un autocollant "stop pub" et en distribuer autour de soi
- récupérer et recycler au maximum
- fabriquer ses peintures avec des pigments naturels

Voilà quelques exemples de ma propre liste auxquels j'ajouterai bien sur la création de 2 blogs orientés vers le naturel et le fait maison, celui-ci Ecolo-bio-nature et Les Gourmandes Astucieuses qui lui, parle de cuisine saine, écolo, végétarienne et gourmande.

Allez, à vous maintenant ! Quels sont vos gestes écolos ?

samedi 23 juillet 2011

Rencontres de Convergence citoyenne pour une Transition Énergétique du 25 au 28 août

(image source http://www.convergenceenergetique.org/)

Du 25 au 28 août 2011, seront organisées les rencontres de Convergence citoyenne pour une Transition Énergétique à Lézan (Gard).
Ces rencontres sont organisées par la Coordination Nationale des Collectifs en lutte contre la prospection et l’exploitation des gaz et huile de schiste, en partenariat avec les Amis de la Terre, ATTAC, FRAPNA, France Libertés, Greenpeace, VigiNature, et de nombreuses autres associations luttant pour un avenir énergétique différent.


Pendant ces 4 jours, des ateliers, des tables rondes, des échanges, des partages d'idées seront organisés.
Les buts de ces rencontres sont :
- de faire un rescencement des énergies actuellement utilisées en France et de par le monde et d'estimer leurs conséquences,
- de proposer des solutions concrétes  "moins énergivore en ressources fossiles, plus respectueux de la démocratie, de la santé et de l’environnement de notre terre et de ses habitants".

Pour plus d'infos sur ces Journées, visitez le site 
http://www.convergenceenergetique.org/

vendredi 22 juillet 2011

L'élevage bio

Sabine et Jamy, de l'émission "C'est pas sorcier" nous expliquent, dans ces 2 vidéos :
- le respect des cycles naturels en élevage bio (première vidéo) et
- le fonctionnement autonome d'une ferme d'élevage bio (deuxième vidéo)



Épisode 3 - Grand jeu Qualitivi... par qualitivi




Épisode 4 - Grand jeu qualitivi... par qualitivi

jeudi 21 juillet 2011

Ma recette de peinture naturelle à l'ocre

recette de peinture à l'ocre

Pour rendre mes boiseries extérieures imputrescibles, j'utilise une peinture à l'ocre faite maison, à base de pigments d'ocre naturels.

Hier j'ai du refaire de l'ocre rouge, voici ma recette (je l'ai adapté à partir d'une recette du Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement de Côte-d'Or) pour environ 1 litre de peinture :

J'ai pris un vieux faitout dans lequel j'ai versé 600 ml d'eau. J'ai porté à ébullition.
Pendant ce temps là, j'ai délayé 65 gr de farine blanche dans 200 ml d'eau (attention aux grumeaux), que j'ai ajouté à mon eau bouillante. J'ai laissé cuire pendant 15 minutes tout en mélangeant.
Puis j'ai ajouté 250 gr de pigments d'ocre naturels (là en l’occurrence de l'ocre rouge) et 25 gr de sulfate de fer. J'ai fait cuire à nouveau pendant 15 minutes tout en mélangeant. Puis j'ai ajouté 100 ml d'huile de lin. J'ai à nouveau laissé cuire pendant 15 minutes, toujours en mélangeant. Puis j'ai retiré mon faitout du feu et j'ai ajouté 100 ml de savon liquide. J'ai bien mélangé et j'ai laissé refroidir. J'ai obtenu une peinture crémeuse que j'ai transvasé dans des pots hermétiques.

Préparation de la peinture à l'ocre naturelle


La peinture se conserve bien (plusieurs années) et il me suffit de rajouter un peu d'eau avant de l'utiliser. Elle est très agréable à appliquer. J'en remets une couche tous les 2 à 3 ans.



Mise à jour 16/03/2015

Si vous avez du mal à trouver des pigments en droguerie, sachez qu'il existe en France, à Ecordal, dans les Ardennes, le dernier moulin à couleurs . C'est la dernière fabrique de terres colorantes naturelles de France, il est donc important de les soutenir. Vous pouvez donc en commander directement sur leur site ici : http://www.moulincouleurs.fr/


mercredi 20 juillet 2011

Connaissez-vous les sciences participatives ?

(Image Microsoft Office)


Vous aimez observer la nature, la flore et la faune, répertorier les espèces ? Alors les sciences participatives sont faites pour vous.

Il s'agit de projets scientifiques élaborés par des associations ou des institutions qui font participer le grand public. Il faut récolter des données précises, selon un protocole établi. Ces données permettent aux scientifiques de dresser des inventaires et de faire des suivis de population. Par ce travail, les participants enrichissent leur connaissance. Actuellement 10 000 personnes font partie de ces études et cela aide énormément les scientifiques qui n'ont ni les budgets ni le personnel pour effectuer ces recensements.

Ce système est très développé au Royaume-Uni. En France, les 60 projets en cours concernent surtout la biodiversité.

Alors, faites comme la famille Kiagi de la vidéo ci-dessous, participez-vous aussi :



Vous pouvez, par exemple :

- observer les plantes sauvages de votre ville en vous inscrivant ici : www.sauvagesdemarue.mnhn.fr

- observer les habitants de votre jardin en vous inscrivant ici : http://obj.mnhn.fr/

- observer les papillons en vous inscrivant également ici : http://obj.mnhn.fr/

- photographier les insectes pollinisateurs en vous inscrivant ici : www.spipoll.org

- observer les cétacés en mer en vous inscrivant ici : http://www.cybelle-planete.org/mediterranee/index.php?option=com_comprofiler&task=registers

- etc.

mardi 19 juillet 2011

Connaissez-vous les puits de lumière ?

Que diriez-vous de vous éclairer à moindre coût ?
Non, je ne vous vais pas vous parler des ampoules à économies d'énergies, sujettes à de nombreuses controverses. Je ne vous propose pas non plus de revenir à la bougie de votre arrière grand-mère mais de vous éclairer avec les puits de lumière.

Voici un article que j'ai co-écris (avec Katy Gawelik) en décembre 2008, sur le sujet et qui est toujours d'actualité :

"Eclairez-vous à moindre coût avec les puits de lumière

On en entend de plus en en plus parler. C’est un système plutôt intéressant puisqu’il permet d’apporter de la lumière chez vous, sans installer une lampe ou de plus grandes fenêtres. Et comme la lumière est importante pour notre bien-être général, ces puits de lumière semblent être promis à un bel avenir. Leur efficacité n’est plus à prouver. Ils ont fait leurs preuves en Australie et aux Etats-Unis.


C’est quoi au fait un puits de lumière ?

C’est un procédé qui permet d’aller chercher la lumière extérieure à l’aide d’un puits, constitué d’un tube en aluminium contenant de petits miroirs, agencés de manière spécifique. Généralement placés sur le toit de la maison ou même en façade (avec un solin qui garantit l’étanchéité de l’installation), la lumière est captée grâce à un capteur et progresse peu à peu grâce aux miroirs jusqu’à la pièce à éclairer (en son centre, par exemple), à l’intérieur de laquelle elle se diffuse grâce à un diffuseur ou dôme.

L’avantage principal des puits de lumière est qu’ils peuvent être installés dans toutes les constructions et n’importe où. Il n’est pas nécessaire que la pièce à éclairer soit directement sous le toit. Une pièce sombre retrouvera immédiatement de la lumière. Elle vient à vous quel que soit l’agencement de votre maison.

L’installation paraît assez simple (quelques heures suffisent) mais si vous n’êtes pas un super bricoleur, il vaut mieux faire appel à un spécialiste pour évite les risques d’inondations si vous percez votre toit sans soigner l’étanchéité de l’installation. Vous n’avez pas besoin de modifier votre charpente et de demander un permis de construire ou de faire une demande de travaux.


Il existe plusieurs types de puits de lumière.

A vous de choisir le plus performant. Selon les spécialistes, il est préférable d’en choisir un dont le capteur et le diffuseur sont fabriqués en acrylique (99 % de la lumière passe) plus performant et plus résistant que le polycarbonate (seulement 70 % de la lumière passe).
Après, suivant les pièces à éclairer et l’usage que vous voulez en faire, les tubes en aluminium sont de longueur et de diamètre différents. Par exemple, un tube de 25 cm de diamètre permet d’éclairer une pièce de 10 m². Pour ne pas vous tromper dans vos choix, faites-vous conseiller par un fabricant.

Aux puits de lumière peuvent s’ajouter des accessoires, comme des volets pour ne plus faire entrer la lumière, des ventilateurs pour faire circuler l’air en même temps que la lumière, des lampes pour qu’à la tombée de la nuit, votre pièce ne se retrouve pas totalement dans le noir.


Le prix

Quant à leur coût, les puits de lumière restent abordables mais encore un peu cher. Vous pouvez en trouver à partir de 650 euros jusque 19000 euros. L’installation par un spécialiste vous reviendra à peu près à 200 euros.
Toutefois, comme ils vous font économiser de l’électricité, ils semblent rentables au bout de quelques années. Leur côté écologique n’est pas à négliger non plus. Et, cerise sur le gâteau, n’est-il pas préférable de se trouver dans une pièce éclairée par de la lumière naturelle plutôt que par une lumière artificielle ?


Petits défauts

Petit bémol, les puits de lumières ne remplaceront jamais nos bonnes vieilles fenêtres mais ils sont d’une efficacité redoutable pour les endroits où vous ne pouvez pas, justement, installer des fenêtres. En outre, si le soleil ne brille pas trop dehors, la lumière diffusée dans votre pièce grâce au puits sera moins forte, évidemment. C’est d’ailleurs le même principe que pour les fenêtres.


Alors, plutôt que d’installer des lampes partout, optez pour les puits de lumière plus écologiques et plus soucieux de votre bien-être."


Vous voulez voir à quoi ça ressemble une fois installé ?
Regardez cette vidéo dans laquelle on voit le système installé chez un particulier :

dimanche 17 juillet 2011

Economisez l'eau même sous la douche

Prendre une douche plutôt qu'un bain c'est mieux... mais à condition de ne pas rester trop longtemps sous la douche (5 minutes sont suffisantes) :

mercredi 13 juillet 2011

La biodynamie, une façon de cultiver « bio »



Le terme « biodynamie » se compose de deux éléments « bio » et « dynamie ». Il s’agit donc d’une branche de l’agriculture biologique qui interpelle de plus en plus, et qui est de plus en plus utilisée notamment par les vignerons. Pour ce qui est de « dynamie », cela signifie que l’agriculteur va dynamiser son sol.

Même si cette façon de cultiver est ancestrale (nos ancêtres n’avaient d’ailleurs que ces moyens à leur disposition pour cultiver leurs terres), les principes mêmes de la biodynamie ont été mis au point au début du XXème siècle par Rudolf Steiner, un scientifique autrichien.

Cette façon de cultiver est tout à fait originale et peut laisser dubitatives pas mal de personne. En effet, elle allie deux choses :
l’utilisation de différentes préparations types compost, décoction, bouse, poudre, etc.
l’observation scrupuleuse du calendrier lunaire
S’y ajoute un dernier élément très important : l’auto-suffisance. L’agriculteur biodynamique va chercher autour de lui les éléments végétaux, animaux ou minéraux pour nourrir, traiter et soigner sa terre et ses cultures. Il cherchera à fertiliser sa terre de façon naturelle et juste ce qu’il faut, avec des engrais verts, des composts « maison » bien décomposés, des fumiers « bio ». Il n’emploiera pas d’insecticides chimiques mais naturels. Il utilisera le paillage afin de conserver sa terre humide et d’éviter d’arroser ses cultures trop souvent. Il refusera la plantation d’OGM.

En fait, l’agriculteur biodynamique va utiliser des doses microscopiques, homéopathiques de différentes préparations qu’il va épandre sur son sol et ses cultures afin de les dynamiser, de les fortifier, en tenant compte du calendrier lunaire.
Ce dernier est primordial : aucun traitement, aucun arrosage, aucune pulvérisation ne se feront sans avoir consulté, au préalable, le calendrier lunaire et constellaire. Je ne sais pas si vous en avez déjà vu un. En fonction des mouvements de la lune, suivant sont plus ou moins grand rapprochement avec la terre, cela a des incidences sur l’attraction de l’eau sur Terre.
Ainsi, par exemple, pour les végétaux contenant beaucoup d’eau, quand il y a pleine lune, la force d’attraction se traduit par une augmentation de la germination, de la croissance et de l’absorption de l’eau.  
Suivant la position de la lune et des planètes, l’agriculteur décidera de nourrir sa terre avec du fumier dynamisé, du compost, de traiter ses cultures pour éviter les parasites avec des préparations 100 % naturel, etc.
Les moments de la journée ont également une grande importance. Les traitements s’effectuent généralement tôt le matin.

La manière de préparer les pulvérisations est minutieuse aussi. Généralement, l’agriculteur mélange à de l’eau de pluie une petite quantité de silice de corne, par exemple, en tournant d’abord dans un sens, puis dans un autre, pour créer une sorte de tourbillon, dans le but de dynamiser l’eau.

Pour ce qui est des préparations végétales, minérales et animales employées, elles sont diverses. Vous avez, par exemple, la fameuse ortie, la prêle, la camomille, l’écorce de chêne, le pissenlit, la valériane (bons pour le sol). S’y ajoutent la bouse de corne (pour le renforcement des racines des plantes), la silice de corne (pour un bon développement des feuilles et une action sur les fleurs pour donner de beaux fruits), le compost de bouse (pour une bonne décomposition de la terre).

La biodynamie c’est donc du 100 % naturel, c’est jardiner, cultiver en totale harmonie avec les rythmes de la nature.
Elle fait de plus en plus parler d’elle en France. Elle fait partie des agricultures raisonnées, au plein sens du terme. L’agriculteur biodynamique pense sa terre, regarde ses végétaux et intervient quand c’est strictement nécessaire. Il vit sa terre. Il est en complète symbiose avec elle.
Mais, moins de 10 % des agriculteurs l’utilisent en France (ils sont beaucoup plus nombreux en Allemagne, en Australie). Pourtant, dès 1925 en Alsace, des agriculteurs français se sont convertis à ce mode de culture, mais peu (environ 300 exploitations à ce jour) ont suivi. Espérons que la biodynamie fasse de plus en plus d’adeptes, il en va de l’avenir de notre planète.

lundi 11 juillet 2011

Marie-Antoinette Mulot, interview de la dernière herboriste

Voici une vidéo très intéressante de Terre TV qui présente une interview de Marie-Antoinette Mulot (âgée de 77 ans, au moment de l'interview).

Marie-Antoinette Mulot était la dernière herboriste de France. Elle est décédée le 8 novembre 1999.
" J'ai obtenu le dernier diplôme d'herboriste décerné en France m'autorisant à exercer en officine. Alors, en 1941, le gouvernement de Vichy assassina la profession pour les générations à venir, en supprimant le diplôme la même année... ". Voici ce qu'écrivait Marie-Antoinette Mulot en préfaçant son livre « Secrets d’une Herboriste ».

Je considère ce livre comme une vraie « bible », une « mine d’or », car il est très complet ; c’est mon livre de chevet. C’est en quelque sorte le testament d’une personne qui a consacré sa vie aux plantes et à la défense de sa profession. Elle nous lègue son savoir, ses recettes, elle y présente plus de 300 plantes de la fleur à la racine.






jeudi 7 juillet 2011

La surconsommation de viande, impact sur la santé et l'environnement

En complément de mon article du 18 avril intitulé "Manger moins de viande, il en va de votre avenir", je vous propose une petite vidéo.

Dans cette vidéo, Eric Darier, nous parle de l'impact sur la santé et l'environnement de la surconsommation de viande.

mercredi 6 juillet 2011

Rejoignez l'Alliance Rebelle

Greenpeace lance une campagne pour détourner Volkswagen du côté obsur de la force.

Volkswagen s’oppose à deux lois européennes stratégiques pour la protection du climat : la revalorisation de l’objectif de réduction des émissions, et l’adoption de normes plus strictes en matière de performance énergétique des véhicules.

De ce fait, Greenpeace, s'inspirant de l'excellente pub de Volkswagen, lance une campagne pour détourner Volkswagen du côté obsur de la force.

Faites comme moi, rejoignez l'Alliance Rebelle pour déjouer le plan de Volkswagen pour menacer la planète terre , en cliquant vite ici !





Volkswagen : le côté obscur from Greenpeace France on Vimeo.

mardi 5 juillet 2011

Installation d'un goutte à goutte dans la serre

Comme j'en avais assez de monter tous les soirs des arrosoirs dans la serre, j'ai décidé d'installer un système d'arrosage au goutte à goutte Iriso.

J'ai pris un vieux fût de Châteauneuf du Pape (vide depuis bien longtemps malheureusement) qui traînait au sous-sol.


Je l'ai installé sur une chaise de récupération, pour avoir une hauteur de 50 cm.

J'ai percé la cuve de chaque côté pour avoir 2 sorties et j'ai enfoncé un embout dans chaque trou. J'ai du dégainer le pistolet à colle car l'étanchéité n'était pas parfaite (du fait de la forme bombée de la cuve).


J'ai relié un tuyau à chaque embout. Puis j'ai coupé les tuyaux aux longueurs désirées et installé les tés de connexion et les goutteurs.


J'ai réglé le débit (11 vitesses possible) puis positionné chaque goutteur.


J'ai rempli la cuve (avec de l'eau de pluie d'une plus grosse cuve) et voilà. Maintenant l'eau s'écoule tout doucement de chaque goutteur. Voilà un système d'arrosage automatique très simple à installer.


Je ne regrette vraiment pas mon achat :
- C'est un produit français !
- C'est très simple à installer, j'ai même trouvé cela amusant.
- C'est facile à démonter et à nettoyer l'hiver venu.
- Ce système peut s'installer partout, pas besoin d'électricité ni de robinet à proximité.

Mais surtout, ce qui est le plus important :
- J'économise de l'eau.
- Les feuilles des tomates ne risquent plus d'être mouillées pendant l'arrosage et l'eau est à température ambiante (la cuve est à l'ombre).
- Je ne dois pas installer de système de programmateur.
- Je dois juste remplir la cuve de temps en temps et non plus arroser la serre tous les soirs, je peux faire autre chose pendant ce temps là !


lundi 4 juillet 2011

Quelques modèles de poulailler

Viens poupoule, viens poupoule, viens....
Non, je ne vais pas chanter. Simplement, depuis quelques temps j'envisage très sérieusement de remettre des poules dans mon jardin. Je n'ai pas encore décidé si j'allais construire un poulailler moi-même (j'en avais fabriqué un dans le style niche à chien + parc grillagé, il y a une vingtaine d'années)ou acheter un poulailler "de luxe".
En regardant sur internet, je suis tombée sur cette vidéo, qui présente quelques modèles de poulailler assez intéressants :




Pour aller plus loin...




samedi 2 juillet 2011

Quelques idées de bricolage écolo

(image office Microsoft)


C'est le début des vacances et vous vous ennuyez déjà un peu ? Que diriez-vous de faire un peu de bricolage, écolo bien sûr ?

Voilà déjà 5 idées qui, en plus de vous occuper, vous permettrons d'économiser de l'argent.
( cliquez sur l'idée pour lire les détails)
- fabriquer un lombricomposteur et ainsi obtenir un terreau de grande qualité, et un engrais liquide (jus) super puissant 
- remplacer une partie de votre pelouse par un potager en utilisant la technique de la lasagne
Je pourrais vous proposer plus d'idées, mais les vacances c'est fait aussi pour se reposer...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...