vendredi 28 septembre 2012

Et si votre jardin devenait une Oasis Nature ?



Le dimanche 16 septembre a eu lieu la première rencontre régionale des Oasis Nature. Nous nous sommes
réunis chez un des membres à Attiches et nous avons visité son jardin. J'ai pris des photos et je vous en propose quelques-unes à la fin de cet article.


Savez-vous que vous aussi vous pouvez devenir une Oasis Nature ?

Pas besoin d'avoir un grand jardin, même un balcon peut-être Oasis Nature. Il suffit de permettre dans cet espace à la biodiversité et à la nature de se développer et de s'épanouir. Pour cela quelques fleurs suffisent, ou vous pouvez également, par exemple, accrocher un nichoir dans votre jardin ou tondre plus haut et moins souvent votre gazon.


A quoi servent les Oasis Nature ?

Les Oasis nature permettent à la biodiversité de trouver des refuges où se restaurer, où se protéger et où se développer. Ce sont des endroits où la nature peut s'épanouir. Ces espaces permettent également aux différentes espèces de mieux circuler.


Pourquoi créer une Oasis Nature ?
"En créant une Oasis Nature, vous adoptez un comportement éco-responsable. En faisant place à la spontanéité naturelle, vous participez à la reconstitution d’un bon état général de la nature, en équilibre avec les activités humaines.
C’est aussi l’occasion de redécouvrir simplement les beautés de la nature et de s’offrir ainsi un petit coin de paradis à domicile." (source Humanité et biodiversité http://www.humanite-biodiversite.fr/qu-est-ce-que-les-oasis-nature)


En devenant Oasis Nature, vous vous engagez à respecter la Charte des Oasis Nature, en prenant les engagements suivants :
- Mon Oasis Nature est un espace propice à la préservation de la biodiversité et qui concourt à recréer des liens entre humanité et nature.
- Je laisse la nature trouver sa place dans cette oasis où l’on ne chasse pas.
- Mon Oasis Nature est un espace sans produits chimiques, où je privilégie des techniques de jardinage doux.
Je mets en place des lieux d’accueil diversifiés favorables au développement de la faune et de la flore.
- Je préfère les plantes locales, pour les espèces décoratives comme pour les variétés potagères ou fruitières, j’évite les espèces invasives.
Je limite l’éclairage nocturne et modère ma consommation d’eau.
- Mon Oasis Nature est une contribution, modeste mais indispensable, au bien-être et à la santé de tous, et je m’engage à en parler autour de moi.

Alors prêt à faire partie des Oasis Nature ?
Cliquez alors ici pour consulter le  Dépliant Oasis Nature et imprimer votre fiche d'inscription 












mardi 25 septembre 2012

L'étude du professeur Séralini sur les OGM est-elle sérieuse ?


(source image greenpeace)


Samedi matin, j'étais sous la douche et j'écoutais d'une oreille distraite le 7/9 du week-end de France Inter. Lorsque le présentateur a indiqué que l'invitée de l'actualité serait  Marie-Monique Robin, je me suis dépêchée de sortir de la douche pour pouvoir l'écouter sérieusement et j'ai bien fait !

Marie-Monique Robin est journaliste, écrivain et réalisatrice. C'est elle qui en 2008 a réalisé la grande enquête Le Monde selon Monsento (dont elle en a fait un livre et un film) et en 2011 Notre poison quotidien.

Une des questions qui lui a été posé concernait la fameuse étude du professeur Séralini sur les OGM, qui interpelle l'opinion et même les pouvoirs publics actuellement. Certains scientifiques essaient de la remettre en cause.

Voilà en résumé, ce que leur répond Marie-Monique Robin :

- c'est une étude de 2 ans (ce qui correspond chez l'humain à 60 ans) qui permet d'étudier les effets chroniques, les effets à long terme d'un produit supposé toxique. Toutes les études faites jusqu'à présent n'étaient réalisées que sur une durée de 90 jours, voir même 28 jours pour l'étude qu'avait faite Monsento et sur laquelle se basent les américains pour autoriser la culture des OGM.
- les rats sont de la même espèce que ceux utilisés par Monsento.
- la nouvelle étude porte sur 200 rats (80 pour Monsento)
- le professeur Séralini est dénigré parce que les enjeux commerciaux sont énormes.

Alors, comme Marie-Monique Robin ne laissons pas les lobbys industriels salir la réputation de ce scientifique qui a eu le courage de mener à bien cette étude, malgré les très nombreuses pressions qu'il a subit (d'autres scientifiques ont du arrêter leurs recherches car ils ont perdu leur laboratoire pour avoir voulu réaliser ce type d'étude).

Et si vous intéressez au travail de Marie-Monique Robin, sachez que le 11 octobre paraîtra son nouveau livre-enquête intitulé : Les Moissons du futur, Comment l'agroécologie peut nourrir le monde ?
Le documentaire du même nom, tiré de ce livre sera diffusé le 16 octobre à 20h50 sur Arte (et si vous ne pouvez pas être devant votre écran ce jour là, le DVD sortira le 24 octobre)



....


....


....

lundi 24 septembre 2012

Mon légume préféré : la Consoude




Cet article est co-écrit avec Katy du blog « Les Gourmandes Astucieuses », dans le cadre d’un carnaval d’articles organisé par le blog jardin de Jenny. Jenny souhaite recueillir l’avis d’un maximum de personnes sur leur plante, légume ou fleur fétiche ou sur leur recette de cuisine préférée. Lorsque les articles des internautes auront tous été rédigés vous pourrez  retrouver un résumé  sur le blog de jenny (avec un lien vers l’article).


Eh oui, je considère la Consoude comme un légume à part entière. Pour moi, ce n’est pas une mauvaise herbe.

Pourquoi j’aime la Consoude ?

C’est difficile à dire…
Dans la Consoude tout me plaît.

D’abord, c’est une plante magnifique. Elle peut être majestueuse avec ses grandes feuilles et ses petites fleurs en grappe blanches ou violettes. Dans un jardin, elle donne du relief. Le regard ne peut être attiré que par cette plante.

Ensuite, et ce qui est le plus important pour moi, elle a très bon goût. On l’appelle aussi « la sole végétale », ce qui vous donne une idée assez précise de son goût. Je la cuisine assez régulièrement, aussi bien les jeunes pousses que les grandes feuilles.

Enfin, on peut la cultiver très facilement. Pas la peine d’aller dans les chemins, près des fossés, qui est son habitat préféré. Moi, j’ai recueilli quelques pousses et je les ai implantées et adoptées dans mon jardin. Depuis, la famille n’a fait que s’agrandir.

Carte d’identité de la Consoude

La Consoude est une plante vivace qui se multiplie rapidement. Elle a de grandes feuilles vertes ressemblant à des oreilles d’âne. D’où son surnom « oreille d’âne ».

Les feuilles ont la particularité d’être poilues, assez rêches. On dirait du velcro. D’où son autre petit nom « langue de vache ».

Elle pousse dans des endroits humides, près des fossés. Mais, elle s’est bien adaptée chez moi. Il faut dire que j’habite le Nord de la France, une région pas très sèche.

La Consoude est un trésor au point de vue nutritionnel. Elle est riche en protéines, en vitamines, en minéraux, en chlorophylle et en calcium.

La Consoude, côté cuisine

Le côté velcro des feuilles peut rebuter. Mais, en prenant les petites feuilles et en cuisant ou blanchissant les grandes feuilles, ce petit défaut disparaît. D’ailleurs, cette particularité est très pratique quand j’utilise les feuilles pour faire des farcis ou des nems. La farce est emprisonnée immédiatement.

On l’utilise souvent pour faire des beignets de Consoude.

Personnellement, je l’utilise dans diverses préparations : dans des tartes salées, dans des smoothies verts, dans des salades, dans des gratins, dans des sauces pour pâtes, dans des soupes au miso, etc.

Je la découpe en fines lanières ou en morceaux et je l’incorpore, tout simplement, dans mes plats, comme je ferais avec une salade ou des épinards. Je prends bien soin d’ôter la grosse côte centrale qui est dure.

La Consoude apporte à mes plats un petit goût de poisson très agréable.

Même ses fleurs sont comestibles et elles décorent joliment les plats.

La Consoude, côté jardin

La Consoude s’utilise pour faire un excellent purin. Il sert d’engrais et d’insecticide. Il se fabrique comme le purin d’orties, par macération. Il faut l’utiliser dilué.

La Consoude est aussi un accélérateur de compost. Quelques feuilles de temps en temps et le compost mûrira plus vite.

La Consoude, côté santé

En usage externe (sous forme de crème, d’onguent ou de lotion), c’est un anti-inflammatoire.
Elle est efficace pour soulager les entorses, les ecchymoses, les douleurs musculaires ou articulaires.

Elle facilite aussi la cicatrisation. Le mot « consoude » signifie « souder avec » en latin.

Elle soulage également les hémorroïdes.

C’est aussi un bon laxatif.


La Consoude est donc un légume indispensable dans le jardin, dans l’assiette et dans la « pharmacie ».

Certains préconisent de limiter sa consommation de Consoude. Elle serait néfaste au foie, en grande quantité. Je me suis renseignée auprès d’un naturopathe. Lui, n’est pas d’accord. En fait, dans le doute, j’évite de manger des kilos de Consoude tous les jours !

samedi 22 septembre 2012

Guide des produits avec ou sans OGM


(source image Greenpeace)


Greenpeace vous propose gratuitement un excellent guide des produits avec ou sans OGM.

Il est disponible ici : http://guide-ogm.greenpeace.fr/guide

Comme cela si vous ne consommez pas encore 100 % de produits biologiques (bon moi je suis à 99 %), vous saurez au moins à quoi vous en tenir.



vendredi 21 septembre 2012

Fête des Initiatives Durables à Géotopia les 22 et 23 septembre

source affiche http://www.geotopia.fr


Ce week-end c'est la Fête des Initiatives Durables à Géotopia.

Rendez-vous samedi et dimanche de 14h à 18h, pour découvrir, par exemple :


  • des ateliers, des animations et des jeux pour les enfants et toute la famille

  • de la documentation

  • des stands concernant :
          - la maison (éco-construction, économie d'énergie, habitat durable, nettoyage, assainissement, rénovation)

          - le jardin (rencontre de jardiniers, plantation, entretien du jardin, compostage, protection et observation de la nature)

          - l'alimentation (ateliers saveurs, croqueurs de pomme, paniers bios).


Retrouvez toutes les informations concernant cette manifestation sur le site de Géotopia http://www.geotopia.fr/pages/rdv/evenements.html


Et si vous passez par là, venez me dire bonjour, je serais présente sur le stand Ecosophia le samedi.

jeudi 20 septembre 2012

Sortie de "Comment bien débuter en Cuisine Végétarienne" ?



J'ai le plaisir de vous annoncer la sortie aujourd'hui du livre "Comment bien débuter en Cuisine végétarienne : Conseils, Astuces et Recettes" que j'ai co-écris avec Katy Gawelik du blog Les Gourmandes Astucieuses.


Dans ce livre, nous avons voulu montrer que :


  • vous ne risquez rien en mangeant végétarien si vous vous y prenez bien : en suivant ses conseils et astuces, vous éviterez les carences
  • manger végétarien procure énormément de plaisir : dans la préparation et dans la dégustation
  • la cuisine végétarienne est une cuisine équilibrée et saine : les recettes proposées (simples et rapides) ont été étudiées pour que vous ne manquiez de rien
  • la cuisine végétarienne est diversifiée : la nature regorge de produits végétaux savoureux (des fiches- produits vous sont fournis) 
  • la cuisine végétarienne est abordable dans tous les sens du terme : les débutants ou non trouveront leur bonheur et ils verront qu’elle ne coûte pas plus cher

Devenir végétarien, c’est bon pour votre santé et pour votre porte-monnaie mais également pour la planète.


La première partie du livre est consacrée aux infos, conseils et astuces et comporte des fiches produits et la deuxième partie contient les recettes divisées en 4 groupes :
- les Algues et plantes marines
- les Herbes du jardin et herbes glanées
- les Légumineuses
- les Céréales

De l'entrée au dessert, vous trouverez de quoi vous régaler !





Ce livre est au format Kindle d'Amazon.
Mais ne vous inquiétez pas, si vous ne disposez pas de la liseuse d'Amazon, lors de l'achat du livre, Amazon vous offre gratuitement un logiciel pour lire le livre sur votre PC.


mardi 18 septembre 2012

M6 a filmé Ecolo-bio-nature



Je vais pouvoir ajouter la mention "Vu à la télé" sur mon blog.

En effet, le mardi 11 septembre 2012, la journaliste d'M6 Grace Daya, accompagnée de son caméraman est venue à la maison.

Elle m'avait contactée suite à un article que j'avais co-écris sur les plantes sauvages comestibles. Elle m'avait demandée si j'acceptais qu'elle vienne filmer mon jardin, ainsi que le ramassage et la préparation des herbes.
Pour ce qui de la partie cuisine, c'est Katy du blog Les Gourmandes Astucieuses (l'autre co-auteur de l'article) qui s'en ai chargé.

Voici d'ailleurs une photo que j'ai prise lors du tournage de la partie "préparation".



Ce fut une après-midi très agréable, car ils étaient très gentils tous les deux et nous ont vite mis à l'aise.Cette expérience m'a permis également de voir comment se passait un tournage.

Le reportage passera dans l'émission 100 % Mag sur M6, le jeudi 20 septembre.
Alors soyez devant votre télévision à partir de 18h45 !


lundi 17 septembre 2012

Activateurs de compost : quelles plantes choisir ?



Faites-vous votre compost ?

- Non ? Alors lisez vite le chapitre 4 de mon livre "Cultivez l'autonomie"

- Oui ? Alors c'est parfait. Cet article est pour vous.


Si vous êtes impatient (le compost met 8 à 12 mois à se faire), vous vous êtes certainement déjà intéressé à un produit dit "miracle" conseillé par les vendeurs de jardinerie, l'activateur de compost.

Or ce produit est cher et ne résoud pas tous les problèmes, loin de là. Si votre compost est bien fait, il mûrira seul et s'il est mal fait, vous pouvez mettre toute la boîte sans obtenir de bons résultats !

De plus, il est bien dommage de dépenser de l'argent pour acheter ce type de produits alors que de nombreuses plantes sauvages, disponibles gratuitement dans la nature, sont des activateurs naturels.

Je me souviens que, lorsque j'étais enfant,  mon grand-père allait faire pipi de temps en temps sur son tas de compost afin d’accélérer le processus de mûrissement. Je ne vous conseille pas de faire la même chose si vous consommez épisodiquement, voire régulièrement des médicaments (ils se retrouveraient dans le compost), mais si vous êtes un homme en bonne santé pourquoi pas ?

Perso, comme je ne me vois pas en train d'escalader mon tas de compost pour uriner dessus (le contenu de mes toilettes sèches est réservé à un autre composteur spécial dont le compost est utilisé uniquement pour les arbres et les fleurs), j'utilise donc de temps en temps quelques plantes sauvages. Elles en accélèrent le mûrissement et améliorent sa qualité.


Je mets dans mon composteur, les accélérateurs de compost suivants :

  • les restes de filtration de mon purin d'orties, du purin d'orties s'il m'en reste après pulvérisation sur mes plantes et de l'ortie fraîche lorsque j'en ai trop pour ma consommation perso


















  • des feuilles de consoude

















  • de l'achillée mille-feuille


















Toutes ces plantes sont efficaces pour activer le mûrissement et la transformation de vos déchets en un bon compost.




Je ne cherche pas à en mettre systématiquement mais lorsque les pieds de ces plantes deviennent trop envahissants, j'utilise ce que je coupe pour le compost ainsi rien ne se perd, tout se transforme !

Apparemment, vous pouvez également mettre du sureau dans votre compost comme accélérateur. Toutefois, mon sureau étant encore tout petit, je n'ai pas encore essayé et je ne peux pas vous dire si c'est un bon accélérateur.








samedi 15 septembre 2012

L'après pétrole : et si on suivait l'exemple de Cuba ?

Comment vivre sans pétrole ? Voilà une question qu'il faudra bientôt se poser !

Cuba a déjà connu cette situation, après l'effondrement de l'Union Soviétique. Il est donc intéressant de voir comment ils se sont débrouillés et d'en tirer des enseignements MAINTENANT !



vivre sans pétrole l'exemple de Cuba par nature-boy-79


mercredi 12 septembre 2012

La limace tigrée : une limace mangeuse de limace



A la fin de mon article "Comment lutter contre les limaces", j'avais promis de vous donner encore une solution pour vous débarrasser des limaces, et bien la voici :


La semaine dernière, je me suis décidée à faire un peu de rangement près du garage. En soulevant une bâche sous laquelle j'avais entreposé des morceaux de bois, j'ai découvert une espèce de limace de grande taille que je ne connaissais pas.
Elle était rayée sur une moitié du corps (l'arrière) et tachetée sur l'autre moitié (l'avant). Je venais de rencontrer pour la première fois de ma vie une limace tigrée (appelée également limace Léopard)!

J'ai laissé en l'état mon rangement et je suis allée chercher mon appareil photo. J'ai installé la-dite bestiole sur un rondin de bois et elle a gentiment accepté de prendre la pose puis a décidé de descendre le long de l'écorce du rondin.

Après ces quelques photos, j'ai voulu vérifier le résultat et je l'ai quittée des yeux quelques instants pour visionner les images. Elle en a profité pour disparaître dans les graviers. J'ai été surprise par sa rapidité de déplacement. Je ne l'avais quittée des yeux que quelques secondes mais j'ai été incapable de la retrouver, en un instant elle s'était fondue dans le décor.

Et, j'ai bien regretté de l'avoir perdue car après quelques recherches sur internet, je me suis aperçue que cette limace était peut-être LA solution à mon problème de limaces.

En effet, cette espèce est omnivore, elle mange ses congénères !! Bien sûr, elle grignote un peu les jeunes plantes pendant sa période de croissance, mais le reste du temps, elle se nourrit de bois mort, de détritus et ce qui est très intéressant de limaces. J'aurais pu la mettre dans le jardin pour qu'elle y dévore à loisirs ses consœurs.

Voici quelques photos de la bébête :























lundi 10 septembre 2012

Agroforesterie : quand la vigne et les arbres font bon ménage

Voici un exemple d'agroforesterie présenté par Christian Dupraz : cultiver sur une même parcelle de la vigne et des arbres. Mais ce n'est pas le seul exemple possible, de nombreuses variétés d'arbres peuvent être plantés sur des parcelles cultivés ou pâturées.


Cela permet à l'agriculteur de :
- diversifier ses sources de revenus car il peut gagner de l'argent avec ses arbres,
- conserver un bon rendement pour les cultures associés
- tout en préservant l'environnement.


Cette  technique n'est pas nouvelle, les anciens l'employaient et encore aujourd'hui certaines régions continuent à l'utiliser comme par exemple la Normandie. Dans cette région, on voit souvent des vaches pâturer sous des pommiers. De nombreux pays tropicaux et méditerranéen l'utilisent également pour protéger leurs cultures du soleil ou de la pluie.



Christian Dupraz, chercheur en agroforesterie, Inra, France from agropolis International on Vimeo.



Pour aller plus loin :

........



jeudi 6 septembre 2012

Comment lutter contre les limaces ?



De nombreuses méthodes, plus ou moins efficaces existent pour lutter contre les limaces. Certaines sont faciles à mettre en place, d'autres sont plus compliquées, et ne parlons pas des méthodes fantaisistes !!!

Dans mon jardin, j'ai trois variétés de limaces :

- des petites noires
- des petites grises
- des grosses marrons

Evidemment, dans un jardin bio, pas question d'utiliser des granulés bleus pleins de produits chimiques ! Et pas question non plus d'utiliser de la bière pour les noyer. Non seulement cela attire plus de limaces  que celles présentes mais cela détruit les carabes mangeurs de limaces qui, en voulant se régaler avec les limaces noyées, se noient à leur tour.

Voici quelques autres solutions :

- le Feramol : produit bio mais il est assez cher et doit être renouvelé après chaque pluie, apparemment il fonctionnerait bien.

- les nématodes anti-limaces : c'est assez cher également, difficile à trouver et compliqué à utiliser (période et température bien précises pour que cela fonctionne) ce qui ne donne pas envie d'essayer.

- les carabes : petits coléoptères noirs mangeurs de limaces. Efficace mais il faut attendre que leur population soit suffisante pour venir à bout des quantités de limaces présentes.

- les canards : technique qu'utilisait avec succès Emilia Hazelip (pionnière, en France, du jardinage sans labour). Efficace mais il n'est pas toujours évident ni possible d'adopter des canards !

- les poules : j'utilise cette technique de temps en temps mais le problème c'est que les poules grattent le sol et de ce fait font plus de dégâts dans mes buttes qu'autre chose.


- les cheveux : efficace mais il en faut beaucoup ! Il ne me reste déjà plus beaucoup de cheveux alors si en plus je dois en mettre dans mes buttes, je risque d'être chauve rapidement !!


- la cendre et/ou la sciure de boisSepp Holzer (auteur de La Permaculture de SeppHolzer, Editions Imagine un colibri, 2011utilise les deux en mélange et forme des barrières autour des plantes à protéger. J'utilise aussi ce mélange mais j'oublie parfois de renouveler mes barrières après les pluies, elles perdent donc leur utilité.


- l'installation de planches et le ramassage systématique le soir des limaces présentes sous ces planches : très efficace mais laborieux. C'est la technique que j'utilise le plus.


- le hérisson, l'orvet ou le lézard : ces trois animaux sont des mangeurs de limaces mais encore faut-il qu'ils aient envie de venir dans votre jardin et d'y rester. On ne peut pas choisir de les adopter. C'est donc une solution très aléatoire.


- le crapaud et la grenouille : si vous avez une mare ou des lieux humides, cela permettra aux crapauds et grenouilles de s'installer et de manger une partie de vos limaces. J'ai des crapauds dans le jardin mais ils ne se sont pas installés près de mes buttes donc ils ne mangent pas les limaces qui y pullulent.


- les coquilles d'oeufs : il faudrait en manger vraiment beaucoup pour couvrir les buttes ! 

- les collerettes en plastique : facile à réaliser avec des bouteilles d'eau, efficace mais uniquement pour les plantes repiquées comme la salade.


- les cercles en cuivre ou fils de cuivre tressés : très cher actuellement ! Comme les collerettes, cela est surtout utile pour les plantes repiquées. Mais je suis assez dubitative concernant cette solution. Je me demande si à la longue la présence de cuivre ne risque pas de polluer le sol.


- le purin de limaces : si le coeur vous en dit, vous pouvez tester le purin de limaces dont  Maria Thun donne la recette dans son livre "Pratiquer la bio-dynamie au jardin" : ramasser 50 à 60 limaces et les mettre, en Lune devant Cancer, dans un récipient (muni d'un couvercle) rempli d'eau. Attendre que la Lune se situe à nouveau en Cancer, filtrer et pulvériser sur le sol du jardin. Refaire la même chose, trois fois dans un intervalle de 4 semaines.


- fuir : en désespoir de cause, on peut toujours choisir un autre emplacement du jardin moins colonisé par les limaces ou utiliser une table de culture.



PS : En rangeant des morceaux de bois, j'ai découvert par hasard une autre solution. Je vous en parlerai dans un prochain article....
 

lundi 3 septembre 2012

Le nouveau "Plantons le décor" vient de sortir !



Si vous habitez dans le Nord Pas-de-Calais, j'ai une bonne nouvelle pour vous. Le nouveau catalogue "Plantons le décor" (2012-2013) vient de sortir.

Cette initiative de la région Nord Pas-de-Calais et des espaces naturels régionaux, soutenue financièrement par l'Union Européenne et relayée par 23 territoires permet :

- de préserver et encourager la biodiversité en plantant chez soi des arbres, arbustes, arbres fruitiers de variétés régionales ou supportant les spécificités climatiques de la région

- d'aider les pépiniéristes dans la production locales de végétaux

- d'améliorer le paysage de la région par le reboisement et la préservation de territoires

-  d'embellir votre cadre de vie et celui de votre famille

- et cela tout en faisant des économies.

En effet, les tarifs sont plus intéressants car les pépiniéristes se retrouvent avec des commandes groupées donc importantes et peuvent donc baisser leurs prix. Et comme il s'agit de variétés adaptées à la région, vous êtes sûr que les arbres pousseront correctement et que les fruitiers produiront en quantité.

Vous pouvez choisir entre plus de 50 espèces d'arbres et arbustes et 100 variétés d'arbres fruitiers.

L'année dernière, plus de 90 000 arbres ont été planté grâce à cette initiative.

Depuis plusieurs années, j'achète des fruitiers par ce biais et j'en suis très satisfaite. Cette année encore, je vais passer commande (pour un prunier Sanguine de Wismes et des Viorne Obier).

Si vous aussi vous voulez participer, vous pouvez trouver le catalogue, entre autre, dans les locaux de votre communauté d'agglomération, dans votre boîte aux lettres, à Géotopia et sur internet sur les sites www.enrx.fr  et www.plantonsledecor.fr 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...