vendredi 31 mai 2013

Visite de la minuscule maison de Jay Tiny

Je vous propose de visiter la maison de Jay Tiny. Elle est toute petite mais très fonctionnelle.
Montée sur roue, elle peut être déplacée et installée partout comme une caravane.

Ce constructeur américain, très inventif propose même des stages pour apprendre à construire sa propre maison. Ce phénomène se développe aux Etats-Unis car ce type de maison vous simplifie la vie et ne vous oblige pas à prendre des engagements financiers importants.

La vidéo est en anglais mais vous pouvez faire comme moi et activer les sous-titres. (Malgré mes 2 séjours aux Etats-Unis, je suis toujours aussi nulle en anglais !) Même si la traduction n'est pas terrible, comme elle est accompagnée des images et cela nous permet quand même de comprendre.



J'avoue que je ne me vois pas vivre toute l'année dans ce type d'habitation, car j'ai besoin d'espace, mais pour les vacances, pourquoi pas ?

Et vous, après avoir regardé cette vidéo, qu'en pensez-vous ?

Etes-vous prêt à construire et habiter ce type de logement ?

mercredi 29 mai 2013

Le printemps du bio du 1er au 15 juin 2013



Du 1er au 15 juin 2013 aura lieu le printemps du bio.

Cette manifestation est organisée l'ensemble des acteurs de l'agriculture biologique et coordonnée par l'agence Bio.
Le but est de valoriser les produits issus de l'agriculture biologique.

Des centaines d'animations sont prévues dans toute la France comme, par exemple :

  • des portes ouvertes dans des entreprises, exploitations, vergers, potagers et fabriques artisanales, pour découvrir les spécificités des modes de production biologique;

  • des animations et dégustations sur les points de vente, enseignes généralistes et magasins spécialisés, pour connaître la grande diversité des produits bio,

  • des conférences et expositions pour comprendre les valeurs véhiculées par l’agriculture biologique,

  • des repas bio en restauration collective et commerciale pour goûter aux saveurs biologiques,

  • des rencontres entre professionnels et élèves pour sensibiliser les plus jeunes,

  • des rencontres et portes ouvertes à destination des professionnels, afin d’encourager à la conversion à l’agriculture biologique. (source http://www.printempsbio.com/printemps-bio-en-quelques-mots.html )

Vous pouvez retrouver toutes les informations concernant cette manifestation ici : http://www.printempsbio.com/



(source image www.leblogdelabio.com )

lundi 27 mai 2013

Jardinier, une profession d'avenir ?

De plus en plus de personnes veulent se mettre au jardinage, mais n'y connaissent rien. Le savoir qui se transmettait de père en fils a disparu.

Pourtant la profession de jardinier est un métier d'avenir .
Dans cette vidéo du Potager d'un curieux, Jan-Luc Daneyrolles nous parle de la renaissance de cette activité :




Potager d'un curieux 9 Jardinier rayonnant par ziconofages
Heureusement, de nombreux mouvements comme les Incroyables Comestibles remettent ces savoirs au goût du jour.

C'est aussi pour remédier à mon petit niveau à ce problème que j'ai écris le livre "Cultivez l'autonomie : créez votre jardin nourricier". Ce livre vous permettra de cultiver facilement vos propres produits, en faisant de grosses économies sur votre budget alimentation.

Que vous soyez débutant ou non, cet ouvrage pratique, très complet, vous donne les outils pour :

  • bien débuter, 
  • réussir un beau jardin, 
  • éviter de nombreuses erreurs, 
  • prendre soin de votre terre et de vos plantes, 
  • récolter de bons produits et les conserver.


Vous apprendrez comment atteindre l'autonomie alimentaire.
Vous serez fier de votre beau jardin et surtout des produits naturels, bons pour votre santé, que vous aurez ainsi obtenus.



vendredi 24 mai 2013

Vie et mort au nichoir

J'avais installé un nichoir sur une échelle dans le jardin, en décoration.
Au départ, vu le peu de hauteur, je ne pensais pas qu'il pourrait être habité.
Et puis cet hiver, il a commencé à être visité par des mésanges. Puis, le mois dernier les visites ont été de plus en plus fréquentes. Un couple venait régulièrement et ils ont commencé à apporter des matériaux pour construire leur nid.

Gribouille montait souvent sur l'échelle pour inspecter tout ça, elle essayait même de rentrer le museau dans le nichoir mais comme elle ne pouvait pas rentrer, je ne m'inquiétais pas trop et me contentais de l'appeler pour la faire descendre et de lui dire "non" à chaque fois que je la voyais faire. A la maison, lorsqu'elle veut aller à un endroit où elle n'a pas le droit (par exemple sur un meuble) ça marche, au bout de 2 ou 3 fois, elle n'y va plus ( en notre présence c'est sûr, mais le reste du temps ?).

Mais là rien à faire !





Puis, j'ai commencé à voir des allées et venues incessantes des parents






J'ai donc pensé que des petits étaient nés et j'étais très contente.

Mardi matin, en faisant ma séance de Qi gong devant la fenêtre j'ai vu un pic épeiche sur le nichoir, en train de regarder à l'intérieur et de taper dessus. J'ai pensé qu'il cherchait des petits insectes et je suis allée chercher mon appareil pour faire quelques photos :








En sortant dans le jardin, je me suis aperçue qu'il avait réussi à faire un trou dans le bois du nichoir et j'ai compris qu'en fait il voulait se faire un ragoût d'oisillons ! J'ai donc fait immédiatement une réparation de fortune (avec de l'adhésif imperméable et un morceau de grillage) pour qu'il ne puisse plus venir et pour que les oisillons (que j'entendais piailler en réparant) n'attrapent pas froid.

Puis, je me suis éloignée tout en observant le nichoir, pour surveiller et j'ai vu qu'un des parents revenait pour nourrir les petits. Je me suis dit :" Ouf, tout va bien, je n'ai pas fait peur aux parents en réparant le nichoir".
J'étais soulagé et j'allais rentrer quand Gribouille est montée à toute vitesse derrière l'échelle jusqu'en haut et a attrapé un des parents qui sortait.. J'ai couru de suite, mais trop tard, Gribouille a emmené sa proie ; je n'ai rien pu faire.

Le deuxième parent a continué à faire l'aller et retour, mais mercredi matin je ne l'ai plus vu. J'ai attendu toute la matinée mais ne l'ai pas revu. Soit il s'est épuisé à la tâche, soit il a été lui aussi dévoré.

En fin de matinée, n'entendant plus rien dans le nichoir, je me suis résolue à sortir le nid pour voir s'il y avait encore des oisillons vivants. Quel n'a pas été ma surprise de trouver 8 oisillons ! 2 étaient déjà morts et les autres avaient l'air à l'agonie. Je les ai rentrés de suite à la maison et je les ai installés dans un bac avec du coton, dans ma serre chauffante. Je les ai hydratés et j'ai essayé de leur donner à manger. 4 sont morts dans l'heure qui a suivi. Et les deux derniers tiennent le choc pour le moment. Ils mangent régulièrement et font leurs besoins. Mais je ne sais pas s'ils survivront car ils sont très jeunes, ils ont à peine un peu de duvet sur la tête et des minuscules plumes au bout des ailes.



En tout cas, ce qui est sûr c'est que je vais réparer le nichoir mais je vais également enlever le fond avant de le remettre, afin que celui-là reste seulement un objet de décoration. J'en installerais un autre dans un endroit moins dangereux ! Le deuxième qui est dans un arbre ne comportant pas de branches basses (un chêne têtard) et qui est habité aussi  n'a pas ce genre de problème.



mercredi 22 mai 2013

Le gaz de couche, vous connaissez ?




On entend souvent parler du gaz de schiste et de ses méfaits, mais connaissez vous le gaz de couche ?

Le gaz de couche qu'est-ce que c'est ?

Le collectif  houille-ouille-ouille nous explique exactement de quoi il s'agit : Le gaz de couche est constitué en grande partie de méthane, il est disséminé dans les veines de charbon du bassin houiller. Ce gaz n'est pas de très bonne qualité, il doit être travaillé ou mélangé pour être commercialisé.

Il ne faut pas le confondre avec le gaz de mine qui est le fameux grisou des mineurs. Ce gaz, lui est exploité depuis les années 1970. La récupération de ce méthane qui s'échappe naturellement des anciennes mines de charbon se fait par pompage, sans dégâts notables sur l’environnement. Il est explosif et doit donc absolument être exploité, pour éviter de polluer l'environnement et de mettre en danger les populations.

Pour nous embrouiller et nous donner l'impression qu'il s'agit de la même chose, l'état regroupe ces 2 gaz dans le terme plus général de gaz de houille.

Mais l'exploitation de ce gaz de couche est très dangereuse aussi bien pour l'environnement que pour la santé.
Il y a des risques :

  • de pollution de l'eau avec les métaux lourds charriés et les solvants utilisés
  • d'affaissement minier encore plus importants
  • de fuites de méthane par les failles qui aggraveraient l'effet de serre et intoxiqueraient les animaux et la population
  • de pollution sonore et visuelle
On nous fait croire également qu'il n'y aura que des forages et du pompage. Mais, il ne faut pas oublier que le gaz est disséminé en de nombreuses petites poches et que donc pour créer une grosse poche exploitable à partir de petites, il faudra fracturer. Il y aura donc bien, à terme, de la fracturation hydraulique (comme c'est le cas d'ailleurs partout ou se gaz est exploité) avec tous les risques encourus par ce procédé.
Pour masquer les problèmes, on fait miroiter aux élus, les sommes d'argent qui pourraient affluer et les emplois qui pourraient être créés grâce à l'exploitation de ces gisements. Mais on oublie de préciser que pour que l'extraction soit rentable, il faut que le prix du gaz reste très élevé. Quant aux emplois, s'il faut 4 personnes pour créer un puits, il n'en faut plus qu'une pour l'exploiter.

Pour aller plus loin :

Vous pouvez obtenir de plus amples informations auprès du collectif Houille-ouille-ouille à l'adresse houille-ouille-ouille@list.riseup.net





lundi 20 mai 2013

Créer un atelier de réparation de vélos, ça vous tente ?



Que diriez vous de créer (ou même de rejoindre) un atelier associatif de réparation et de recyclage de vélos ?

Dans le n°8 de Kaisen, de mai-juin 2013, il y a un excellent article sur les ateliers associatifs permettant d'apprendre à réparer vous-même votre vélo. Dans son article, Stéphane Perraud, nous détaille ce que sont ces ateliers et nous explique même comment faire pour en créer un.

De plus en plus d'ateliers se créent, comme le dit S. Perraud dans son article  :

"En vingt ans, le nombre d'ateliers associatifs a explosé. On en recense plus de 70, fréquentés par 25000 adhérents. Toutes les grandes villes en possèdent au moins un ; il en existe deux à Grenoble, trois à Lyon, cinq à Toulouse et une quinzaine dans l'agglomération parisienne. Ces structures incitent les cyclistes à se remettre en selle et facilitent l'usage du vélo au quotidien. Il s'en ouvre désormais dans des communes de taille moyenne comme Annecy, Arras, Gap ou Belfort, fédérés au sein du réseau l'Heureux Cyclage. Pour intégrer celui-ci, un atelier doit pratiquer l'échange de savoir-faire, l'autoréparation (les mécaniciens sont simplement là pour conseiller les adhérents ou apporter leur aide en cas de réparation difficile) et le recyclage : remise en circulation de vieux vélos, utilisation de pièces détachées d'occasion et transfert des matières premières inutilisables à la déchetterie ou à la recyclerie."

Mais ces ateliers sont aussi des pourvoyeurs d'emplois et mécano pour vélo devient un métier d'avenir :

"Pour devenir mécano, il n'est pas nécessaire d'être diplômé, une solide expérience de bénévole suffit. Beaucoup apprennent sur le tas, comme à Clichy au sein de BicyclAide, une association actrice de l'économie sociale et solidaire."

Alors si le sujet vous intéresse, rendez-vous vite dans votre maison de la presse ou à votre kiosque à journaux, (ou sur un site de vente de journaux en ligne), car ce n°8 est en vente actuellement.


(source image : clipart Microsoft Office)

jeudi 16 mai 2013

La spirale d'aromatiques est terminée



La spirale d'aromatiques construite dans le jardin est enfin terminée !

A l'intérieur, j'ai planté :

  • de la consoude
  • de l'achillée millefeuille
  • de l'origan sauvage
  • de la camomille
  • de la pimprenelle
  • de la cive de St Jacques
  • du persil
  • de la sauge
  • de l'estragon
  • de l'hysope
  • de la livèche
  • de l'échalote perpétuelle
  • du thym
  • de la sarriette
  • du thym citron

Il manque encore :

  • du romarin
  • de la ciboulette
dont j'attends des plants. J'ai donc matérialisé leurs emplacements par des fleurs.

A peine terminée, Gribouille a déjà adopté la structure et vérifie que tout est bien en place !








Retrouvez le plan et les explications pas-à-pas, en images, de la réalisation, en cliquant ici

mardi 14 mai 2013

Le plan de mon Keyhole Garden sert de modèle en Afrique, au Niger !



Je viens d'apprendre une nouvelle incroyable !

François Rouillay, le coordinateur des Incroyables Comestibles France m'a informé hier que mon ebook "Création pas-à-pas d'un Keyhole Garden" servait de guide technique au Niger. En suivant les indications, pas-à-pas, les villageois peuvent construire leurs keyholes, avec les matériaux locaux, (en l’occurrence des  briques fabriquées sur place). Ainsi, mon guide permettra, très modestement, de contribuer à l'autosuffisance alimentaire des familles du village d'Elabad.

N'est-ce pas fantastique ?

Les enfants de ce village ont commencé la construction d'un keyhole, et François précise que : "soutenus par leurs familles, ces jeunes citoyens jardiniers solidaires d'Afrique ont la ferme intention de développer la Green Route de l'abondance partagée avec les Incroyables Comestibles dans tout leur village et sont motivés pour partager l'expérience à tous les villages du Niger pour rendre possible l'autosuffisance alimentaire des populations sur les territoires !"

N'est-ce pas une idée merveilleuse ?

Et loin d'en rester là, ces enfants veulent essaimer ce projet auprès d'autres enfants dans d'autres pays, qui à leur tour, proposerons l'idée à d'autres enfants, etc. Ainsi, grâce à cette Green Route, si tout se déroule comme prévu, il sera possible pour tous, d'atteindre l'autosuffisance en 2018.

J'avoue qu'après avoir eu François Rouillay, au téléphone hier soir, j'ai eu du mal à dormir, tellement son projet est enthousiasmant !      


(photo donnée par F.Rouillay)

lundi 13 mai 2013

Le jardin se remplit peu à peu

Voici quelques photos des diverses plantations, semis et de l'état d'avancement de ce qui a été planté et semé en mars et avril.

J'ai repiqué dans le Keyhole diverses plantations. Elles sont plutôt serrées mais c'est volontaire :


Il y a : - des courgettes (ronde de Nice, Caserta, blanche d'Egypte et traditionnelle)


- des aubergines (Barbentane, Chinese, Diamond, Viserba) :



- des choux (Brocoli, chou rouge, chou frisé)




- des Gombo (White B.) :



Dans les buttes, les petits pois commencent à grimper, les feuilles de blettes et le chénopode blanc repoussent, les flageolets sont en retard :


les oignons rouges et les fèves sortent, la consoude est superbe, mais les carottes se font attendre, la salade qui commençait à pousser a disparu, mangée par les limaces, comme d'habitude  :


Toujours dans les buttes, les pommes de terre sont déjà bonnes à re-pailler et celles dans la tour à pommes de terre pointent le bout de leur nez :




Les carrés de culture se remplissent petits à petits de plantations et de semis (dont certains comme les radis sont déjà sortis). Dans celui-ci, on trouve : chou frisé, aubergine Barbentane, chou palmier, pois chiche, carotte de Djerba, oseille-épinard, chou rouge, poivron corne de taureau


Dans celui-là : radis de 18 jours, chou de Daubenton, poireau perpétuel, radis jaunes, carottes géantes de Tilques, carottes jaunes canari et carottes blanches, betteraves de détroit et crapaudines, bourrache, lavande :


Et ici : chou rouge, chou frisé, brocoli, crambe maritime, blettes blonde et rouge, et blettes à couper



Il reste encore un carré à finir de remplir, 1 à construire, 2 à installer, la spirale à finir de remplir également et 2 buttes à garnir et les tomate, courges (15 variétés !), physalis, concombres, melons, tétragone à planter, les tournesols, amaranthes, arroches, maïs à semer, la table de culture à installer et la salade à y semer et quelques fleurs à repiquer.

Je crois que pour ces prochains jours, c'est à peu près tout !

vendredi 10 mai 2013

Jardiner en famille, quel plaisir !



Le soleil et la douceur sont enfin arrivés. La météo ne prévoit pas de gelée les 11, 12 et 13, il n'y a donc rien à craindre avec les Saints de Glace cette année. On peut donc se ruer au jardin et en profiter pour jardiner en famille.

Mais pourquoi jardiner avec ses enfants ? Le jardinage apporte de nombreux bienfaits aux enfants (que je détaille dans mon livre) et jardiner en famille offre de nombreux avantages dont notamment celui de créer du lien.

Voici deux petits extraits du chapitre consacré au "vivre ensemble", de mon livre "Les enfants et le jardinage : comment leur donner envie de jardiner ?" :


Les parents (ou les grands-parents) et les enfants peuvent passer du bon temps, agréable, ensemble, en famille.




J’ai connu ça avec mon grand-père. Je peux vous dire que, bien des années plus tard, je ressens toujours une grande émotion en me remémorant ces merveilleux moments passés avec lui. Cette complicité au jardin a créé un rapport très fort entre nous.

[...]

Maintenant que le jardinage a créé une complicité entre vous, vous éprouverez le désir de faire beaucoup plus de choses ensemble.

Vous serez une famille unie. Vous communiquerez plus facilement. Et, les conflits, s’ils existent, se régleront beaucoup plus aisément… à condition que vous ne vous comportiez pas comme un général dans votre jardin. C’est la meilleure façon de dégoûter vos enfants du jardinage. S’ils le voient comme une contrainte, les conflits et les oppositions seront inévitables.

Il faut que les avis et les envies de chacun aient la même valeur et soient pris en compte de la même façon. Chacun doit pouvoir donner son opinion, discuter, faire valoir ses arguments et un dialogue constructif doit pouvoir s’établir."
:


mercredi 8 mai 2013

Un bel exemple de ferme en permaculture au Maroc

Aujourd'hui je vous emmène au Maroc, visiter une ferme en permaculture.

Dans cette vidéo très intéressante, Zineb Benramoune Idrissi nous présente sa ferme et nous fait part de ses convictions.


Zineb Benramoune Iddrissi - Une ferme en permaculture from Diemaelle on Vimeo.


lundi 6 mai 2013

De nouveaux aménagements au jardin

Je vous présente une partie des nouveaux aménagements réalisés au jardin.

Tout d'abord, un carré tout ce qu'il y a de plus classique :



Puis un carré avec les côtés en noisetier tressé (pour tester la durée de vie de ce type de matériel)



Et une spirale d'aromatiques réalisée... 


 en grès, pavés et briques de récupération :



Il reste encore la deuxième moitié des aménagements à réaliser soit 2 carrés de culture en sacs et 1 carré à fabriquer en demi-rondins. Et bien sur, finir de semer et planter dans tout cela. Ce sera tout pour cette année car les composteurs sont déjà vides, le fumier de cheval diminue et je n'ai plus suffisamment de terre pour remplir d'autres structures.

Petit à petit, chaque année un peu plus, le jardin se transforme et commence réellement à ressembler à l'image que j'ai en tête (un mix du jardin des fraternités ouvrières de Moucron et de la ferme urbaine de Jules Dervaes à Passadena ).


dimanche 5 mai 2013

Les Incroyables comestibles à Vendin-lez-Béthune

Le mouvement des Incroyables Comestibles arrive à Vendin Lez Béthune !



Un petit rappel sur ce que c'est, pour ceux qui n'auraient pas lu mon article de mai 2012 :

La démarche vise à créer un nouvel art de vivre en redynamisant les échanges locaux par le partage de fruits et légumes "bio" cultivés par les habitants et offerts librement à tous. De proche en proche, l'action permet de reconnecter les gens entre eux avec la Terre nourricière.
On plante, on arrose, on partage ! (source incredible-edible.info)






Vendinois, Vendinoises, venez nous rejoindre. Pour le moment le groupe ne compte que 3 personnes mais il va s’agrandir. On compte sur vous !



vendredi 3 mai 2013

Les Incroyables Comestibles arrivent en Artois



En mai 2012, je vous avais parlé du mouvement des Incroyables Comestibles créé en 2008 à Todmorden, en Angleterre et de son arrivée en France, quelques semaines plus tôt.

Aujourd'hui, presque un an plus tard, jour pour jour, je vous annonce la création d'un groupe des Incroyables Comestibles en Artois, englobant pour le moment les villes de Béthune, Bruay Labuissière, Beuvry, Vendin lez Béthune, Haillicourt, Arras.
Chaque commune aura son propre groupe évidemment, quand nous serons plus nombreux.

Alors, qu'attendez-vous pour nous rejoindre ?

Que vous habitiez dans les communes citées précédemment et vouliez nous rejoindre où que vous vouliez créer un groupe dans votre commune, vous pouvez nous contacter sur notre page facebook IncroyablesComestiblesEnArtois, ou pour les Vendinois et Vendinoises, me contacter par mail, via ce blog.


mercredi 1 mai 2013

Bienvenue à Poulette, Loupette et Loula

Je vous présente le poulailler réalisé par un de nos fidèles lecteurs du blog, Bruno Routier, avec l'aide de sa fille et je souhaite la bienvenue à ses 3 poules Poulette, Loupette et Loula.

Comme vous pourrez le constater sur les photos que m'a envoyé la famille Routier, le poulailler est plus grand et leur fille a eu une excellente idée : mettre une trappe avec une charnière et une corde pour la faire fonctionner. Ils ont même ajouté 2 pitons et une barre pour pouvoir bloquer l'ouverture. Ce sont des pros, vous ne trouvez-pas ?

Allons maintenant visiter le poulailler, en images :













Souhaitons une longue vie à ces trois jolies poulettes et qu'elles donnent de nombreux et bons oeufs !


Mise à jour 11/05/13 :

Les 3 poulettes ont un nouveau logement plus grand !
Bruno Routier a trouvé que ces poules étaient un peu à l'étroit. Il a donc décidé de réaliser un agrandissement de la partie nichoir, afin d'ajouter un perchoir et créer un coin pour la ponte plus important.

Voici les photos de l'agrandissement :







Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...