mercredi 30 décembre 2015

Marguerite Yourcenar défendait les animaux



Voici un extrait du livre de Marguerite Yourcenar, Les yeux ouverts : Entretiens avec Matthieu Galey, dans lequel cette grande femme de lettres, romancière, poète, essayiste, traductrice, critique littéraire, académicienne, défend ardemment les animaux.


"Je trouve atroce d’avoir à penser chaque année, vers la fin de l’hiver, au moment où les mères phoques mettent bas sur la banquise, que ce grand travail naturel s’accomplit au profit d’immédiats massacres, tout comme je ne nourris pas les tourterelles dans mon bois sans penser que soixante millions d’entre elles tomberont cet automne sous les coups des chasseurs. Il faut « limiter la prolifération des espèces », comme disent les gens qui ne songent jamais à limiter la leur. Jusqu’à un certain point, nous sommes tous d’accord, mais je songe aux millions de pigeons migrateurs qui couvraient de leur vol le ciel des États-Unis : c’est une espèce aujourd’hui éteinte, dont il ne subsiste qu’un misérable spécimen empaillé, dans un musée de la Nouvelle-Angleterre, le reste s’étant changé en fricassées et en plumes de chapeaux.

Je me dis souvent que si nous n’avions pas accepté, depuis des générations, de voir étouffer les animaux dans des wagons à bestiaux, ou s’y briser les pattes comme il arrive à tant de vaches ou de chevaux, envoyés à l’abattoir dans des conditions absolument inhumaines, personne, pas même les soldats chargés de les convoyer, n’auraient supporté les wagons plombés des années 1940-1945.[...]

Et sous les splendides couleurs de l’automne, quand je vois sortir de sa voiture, à la lisière d’un bois pour s’épargner la peine de marcher, un individu chaudement enveloppé dans un vêtement imperméable avec une « pint » de whisky dans la poche du pantalon et une carabine à lunette pour mieux épier les animaux dont il rapportera le soir la dépouille sanglante, attachée sur son capot, je me dis que ce brave homme, peut-être bon mari, bon père ou bon fils, se prépare sans le savoir aux « Mylaï » [village vietnamien dont la population fut massacrée par un détachement américain]. En tout cas, ce n’est plus un « homo sapiens »".


 (source image : britannica.com)

Pour aller plus loin...



lundi 28 décembre 2015

La nature devient folle



Avec ce climat totalement fou, la nature est déboussolée. Elle se croit au printemps.
La preuve en image et ses conséquences.
Et aussi, en fin de vidéo, un petit truc récup...






jeudi 24 décembre 2015

Un sapin dans la forêt






En palettes de récup, en fil de fer, en grillage ou en coussins, il y a de nombreuses solutions possibles pour réaliser un magnifique sapin de Noël. Il suffit juste d'un peu d'imagination.




Joyeux Noël !




mercredi 23 décembre 2015

Utilisez vos plantes comme teinture



Les plantes sont utiles pour se nourrir et se soigner et elles peuvent également nous servir pour teindre du tissu en coton, de la laine ou des fibres végétales.

Evidemment, pour refaire entièrement votre garde-robe, il vous faudra du temps et un long apprentissage des différentes techniques.

Mais, rien ne vous empêche de tester quelques teintures pour vous amuser ou réaliser de petits présents pour votre famille ou vos amis.

Si vous voulez que la teinture tienne au lavage, il vous faudra utiliser un fixatif. Selon la plante, cela peut être de l'alun, du vinaigre, du citron, du sel ou même de l'urine. Il vous faudra faire des essais.

Mais, pour une teinture simple, la recette est facile. Il suffit de mettre de l'eau à mijoter doucement avec la plante et le tissu. Plus vous laissez mijoter, plus la couleur sera forte. Vous pouvez également utiliser le jus ou la pulpe de la plante à la place de la plante elle-même.

Pour la couleur orange, utilisez du curcuma ou de la carotte
Pour la couleur bleue, violette, utilisez de l'oignon rouge, du chou rouge, myrtille, cerise, etc.
Pour la couleur rouge, utilisez la tomate, la groseille
Pour la couleur marron, utilisez des coques de noix (brou), café
Pour la couleur verte, utilisez des orties, des épinards

N'hésitez pas à faire des tests avec différentes plantes que vous avez sous la main. Vous verrez, vous vous prendrez vite au jeu !


Pour aller plus loin....

.....


(source image : ca.wikipedia.org)

lundi 21 décembre 2015

Calendrier lunaire Janvier Février 2016




Janvier 2016

Jours Feuilles : 6, 7, 15, 16, 17, 24
Jours Fruits : 8, 9, 10, 18, 25, 26, 27
Jours Fleurs : 4, 5, 13, 22, 23
Jours Racines : 1, 2, 3, 11, 12, 19, 20, 21, 29, 30, 31

Lune descendante du 1er au 8
Lune montante du 9 au 21
Lune descendante du 22 au 31

Repos les 14, 28 (Nœud lunaire)





Février 2016

Jours Feuilles : 3, 4, 11, 12, 13, 20, 21
Jours Fruits : 5, 6, 14, 22, 23
Jours Fleurs : 1, 2, 9, 18, 19, 28, 29
Jours Racines : 7, 8, 15, 16, 17, 25, 26, 27

Lune descendante du 1er au 4
Lune montante du 5 au 17
Lune descendante du 18 au 29

Repos les 10, 24 (Nœud lunaire)



Un calendrier lunaire complet reprenant les différentes phases de la lune est disponible au bas de cette page.

samedi 19 décembre 2015

La biodiversité en danger : l'exemple du Maïs



Je vous propose aujourd'hui un exemple de perte de biodiversité : l'exemple du maïs.

Dans cette vidéo, le Professeur Serge Bahuchet, spécialiste de l'ethnoécologie, au Muséum National d''histoire naturelle, nous donne l'exemple du maïs au Mexique.



Au Musée de l'homme, Serge Bahuchet montre la... par FranceEcologieEnergie


mercredi 16 décembre 2015

L'habitat léger, un nouveau mode de vie



Devant la pénurie de logements et le prix des loyers et le coût d'achat d'une maison, de plus en plus de personnes s'orientent vers l'habitat léger.

Malheureusement, ce type de logement installé soit dans des campings, des parcs et domaines, en zone agricole ou forestière ou dans le fond d'un jardin, reste illégal.




Pourtant, cet habitat peut s'intégrer parfaitement dans la nature et être facilement démontable. 
Une roulotte ou une yourte après démontage ne laissent que très peu de traces de leur passage.
Par rapport à une maison en parpaings, ou en ferrailles et plaques de béton, il n'y a pas photo !




Pour aller plus loin...
............

lundi 14 décembre 2015

Les nouveaux mariages de légumes prévus pour 2016



En 2016, j'ai prévu de tester de nouvelles associations de plantes.

J'associe déjà certaines plantes entre-elles comme la menthe, la bourrache, la sauge ou l'aneth avec le chou pour éloigner la piéride ou le souci avec la tomate et avec l'asperge. Et bien entendu je réalise tous les ans une Milpa (association de maïs, haricot à rame et courge) dans laquelle j'ajoute également de la capucine.

Cette année, je vais tester les mariages de plantes suivants :

  • brocoli, haricot, blette : une association qu'il faudra surveiller de très très prés, voire même bunkeriser car ce sont 3 plantes dont raffolent mes canards coureurs indiens

  • chou frisé, tomate, chou pommé

  • céleri-rave, tétragone : il manque une 3éme plante pour exploiter la hauteur disponible mais je n'ai pas encore trouvé ce que ce sera

  • courgette, maïs, haricot nain, pommes de terre, capucine : est-ce que je vais pouvoir correctement récolter les pommes de terre, voilà la question !

  • blette, oignon, betterave, roquette

  • carotte, fève, épinard

  • petits pois, roquette, laitue, carotte, radis

  • navet, petits pois, carotte : une partie de la jardinière de légumes (il ne manquera plus que les oignons, fèves et pommes de terre)

  • concombre, tomate, oeillet d'Inde, souci.

Le reste sera semé ou planté, seul ou en association (aromatique/légume, racine/tige/couvre-sol, légume/répulsif, légume/fleur, etc) un peu partout, où il restera de la place, comme d'habitude !




samedi 12 décembre 2015

Les liens entre le climat et la biodiversité




Dans cette vidéo, 8 experts, dont Hubert Reeves et Jean Jouzel (Vice-Président du GIEC) nous expliquent l'impact qu'a le climat sur la biodiversité.

A l'heure actuelle, tout le monde est au courant des problèmes de survie des ours polaires, mais ce n'est, si je puis dire, que la partie émergée de l'iceberg.

De nombreux autres phénomènes sont en train d'arriver.

Le changement climatique et l'augmentation du CO2 atmosphérique modifient le fonctionnement des océans (par l'augmentation de la température de l'eau, par l'augmentation du niveau des mers mais également par la modification des courants océaniques) et des continents (par exemple par une diminution des surfaces forestières et une modification de leur composition).




Ces experts nous montrent également que la biodiversité a elle aussi un impact sur le climat.
Tout est lié.

Ils proposent enfin des idées d'actions possibles.


Pour aller plus loin...
..........

mercredi 9 décembre 2015

Où trouver de bonnes graines ?



Dans cette vidéo, je vous explique comment vous procurer des graines de qualité.
J'y parle également de "ma danseuse".




Pour aller plus loin...



..... .....

samedi 5 décembre 2015

Récolte des poires de terre (Yacon)




On termine les récoltes de tubercules d'avant l'hiver avec le Yacon, appelé également poire de terre.

Cette plante herbacée est de la famille des astéracées.

Les tubercules, de forme oblongue, peuvent se manger crus ou cuits. Cru, le goût, très rafraîchissant, est un mélange entre la pastèque, le concombre et la carotte et cuit cela ressemble à un mélange de pomme de terre, concombre et haricot vert.







C'est une plante facile à cultiver, qui ne demande aucun entretien particulier en cours de saison.
Comme les tubercules poussent à la verticale et sont assez longs, je vais essayer d'en cultiver en grand pot ou baril, l'année prochaine, pour que la récolte soit simplifiée.

mercredi 2 décembre 2015

Oca du Pérou : récolte des tubercules 2015 en vidéo

La première gelée est passée, je viens donc de récolter mes tubercules d'Oca du Pérou.



J'ai réalisé une petite vidéo :





Dans cette vidéo, je vous parle de l'acide oxalique, mais j'ai oublié de vous indiquer pourquoi, il fallait mieux en faire disparaître une partie.
L'acide oxalique, présent dans les tubercules d'Oca du Pérou (mais également dans les noix, les épinards, le cacao, l'oseille, les blettes, etc.), consommé en trop grande quantité,  peut entraîner des calculs rénaux.

J'apprécie cette plante, parce qu'elle ne demande aucun entretien, n'attrape jamais de maladie et se naturalise facilement. J'aime bien son petit goût citronné et Katy réalise de bonnes recettes avec elle, notamment des Ocas du Pérou à la chinoise.


Pour aller plus loin...


lundi 30 novembre 2015

La COP 21, comment ça marche ?



Je vous propose une vidéo très bien faite qui explique le fonctionnement de la COP 21.

Vous y découvrirez comment se passent les négociations pour le climat.




(source image : https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AEarth-Erde.jpg)

samedi 28 novembre 2015

Le givre a envahi le jardin

Ce matin le givre a envahi le jardin. Les plantes sont comme figées.

Le dégel annoncera la mort de certaines d'entre-elles comme les fleurs. Ici des cosmos et des roses.






Pour d'autres, comme le chou Kale ou le chou palmier, le gel les a simplement engourdies. Elles se éveilleront en pleine forme après le dégel et les feuilles n'en seront que plus tendres.











mercredi 25 novembre 2015

Légumes racines : dernières récoltes


Samedi, sous la pluie, j'ai commencé la récolte des derniers légumes racines ne supportant pas le gel (ou un gel léger) :

Carottes (blanches, jaunes du Doubs, rouge sang, de Tilques), betteraves (noires de Détroit, Chioggia, crapaudines), daikon, radis noirs (longs et ronds). Ils seront mis à la cave, dans du sable.








Les capucines tubéreuses seront remises en pot.




Un tout petit chou pommé traînait encore dans une butte, je l'ai enlevé aussi.



Faire ces opérations sous la pluie n'est pas recommandée, mais comme des gelées étaient annoncées, pour la nuit de samedi à dimanche, je n'avais pas le choix...


Il reste encore les Ocas du Pérou et les poires de terre (Yacon) à récolter, je m'en occuperais, dés cet après-midi, puisque la première gelée passée. J'aurai pu le faire en même temps, mais je n'en avais pas le temps.



lundi 23 novembre 2015

Paillage du potager pour l'hiver (en vidéo)



Les premiers grands froids arrivent, vous allez certainement ajouter une couverture ou une grosse couette dans votre lit. Mais, avez-vous pensé à votre jardin ?

Il en temps de lui apporter aussi une couverture sous forme de paillage. Ainsi, les nutriments et la couche arable ne seront pas lessivés lors des grosses pluies, la terre ne sera pas tassée, les vers pourront continuer à avoir une activité intense (plus il fait froid, plus elle ralentit) et la décomposition de ce mulch nourrira votre terre.

Dans cette vidéo, réalisée jeudi, avant les premières gelées, je vous montre ma façon de procéder :



Pour aller plus loin :



......


samedi 21 novembre 2015

Papier et impression : les gestes écolos



Ce matin, je ne devais pas être bien réveillée, en m'installant à mon bureau, j'ai fait tomber une pile de papiers. Et, tout en les ramassant, je me suis dit que c'était un sujet dont nous pourrions parler ensemble.

Donc, voici quelques réflexions, idées, astuces sur le sujet.




Commençons par l'impression d'un document, voici quelques questions que l'on peut se poser :

  • ai-je vraiment besoin de l'imprimer ou de le photocopier ?
  • est-ce que je peux utiliser l'option brouillon de mon imprimante ou l'option noir et blanc à la place de l'option couleur ?
  • est-ce que je peux utiliser la touche éco du photocopieur ?
  • est-ce que je peux imprimer ou photocopier recto verso ?
  • est-ce que je peux réduire la taille de l'impression pour mettre 2 pages (ou plus) sur 1 seule ?
  • est-ce que je peux imprimer sur le verso d'une feuille déjà utilisée ?
  • est-ce que je peux utiliser la police de caractère Garamond (la plus économe en encre) sur le document qui sera imprimé ?
  • est-ce que je peux utiliser du papier recyclé, ou labellisé FSC (ou NF Environnement) ou de grammage inférieur ?
  • est-ce que je dépose mes cartouches d'encre vides ou de Toner dans un bac de recyclage ?
  • est-ce que j'utilise des cartouches d'encre reconditionnées ou rechargeables ?


Lorsque vous envoyez des documents papier, demandez-vous si vous ne pouvez pas faire la même chose par mail.




D'ailleurs en parlant de ça, je ne sais pas vous, mais moi, je reçois du courrier publicitaire, des lettres et des documents papier. Evidemment, j'ai un STOP Pub sur ma boîte aux lettres, mais cela ne concerne pas le courrier.

Lorsqu'il s'agit d'un courrier publicitaire qui ne m'intéresse pas, je ne l'ouvre pas. Je le remets à la poste, en barrant mon adresse et en ajoutant la mention "Refusé. Sauvons les arbres" ou encore "Refusé. Opération zéro déchet", je date et je signe. La poste renvoie le courrier à l'entreprise émettrice qui en général me désinscrit de ses listes.

N'essayez pas cette technique avec vos feuilles d'impôts, ça ne marche pas ! Par contre, au niveau des services fiscaux, vous pouvez opter pour le "tout électronique" (déclaration d'impôt, avis d'imposition et même règlement).





Pour les lettres et documents papier, je recycle en premier lieu les enveloppes non plastifiées de ces façons :

  • les grandes enveloppes (format A4) en bon état peuvent servir, soit de papier brouillon, une fois découpées soit de pochette de classement en ouvrant la partie droite.
  • le dos des petites enveloppes (format A5 ou allongé) est parfait pour prendre des notes rapides quand je travaille sur l'ordinateur ou pour noter une liste de choses à faire, ou faire un croquis.
  • les petites enveloppes peuvent aussi servir comme pochette pour les graines.
  • les enveloppes à fenêtre partent dans le bac de recyclage.

Les documents papier qui ne servent plus, s'ils sont imprimés des 2 côtés, vont dans le bac de recyclage ou dans les composteurs. Ceux imprimés sur une seule face sont réutilisés comme brouillon, pour prendre des notes, imprimer, ou sont coupés et pliés pour faire des sachets pour les graines.


Un dernier conseil : à la fin de vos mails, n'hésitez pas à ajouter la mention :
"PS :  Afin de contribuer au respect de l'environnement,merci de n'imprimer ce mail que si nécessaire
          Please consider your environmental responsibility before printing this e-mail
"

Il suffit de l'ajouter dans la rubrique "Signature" de votre logiciel de courrier et cette mention apparaîtra automatiquement à la fin de chacun de vos mails.


Voilà, quelques pistes. Si vous avez d'autres idées ou techniques, n'hésitez pas à les partager en commentaires.

(source images : wikipédia.de, wikimedia)



mercredi 18 novembre 2015

L'agroforesterie, une solution pour l'agriculture, qui induit de nombreux changements



Je vous ai déjà parlé de l'Agroforesterie dans mon article Découverte de l'Agroforesterie

Pour mémoire, l'agroforesterie est une méthode de culture associant des plantations d'arbres, des cultures et/ou des pâturages.

Aujourd'hui, je voudrais vous parler des changements qu'elle induit.

La mise en place de l’agroforesterie ne pourra se faire que petit à petit, car elle induit de nombreux changements.

En ce qui concerne les changements techniques, le système de production est modifié en profondeur. 

De nouvelles méthodes de culture sont mises en place, de nouveaux matériels doivent être pris en main. L’agroforestier doit apprendre la gestion des haies et des arbres, mais également connaître leurs actions sur son sol. Il doit également développer ses connaissances au niveau faunistique et floristique. 
L’agrosylviculture nécessite également des connaissances variées (agronomie et sylviculture).






Les changements écologiques sont les plus nombreux.

Le développement de l’agroforesterie permet de stocker une partie des gaz à effet de serre (carbone).
Même si la mise en place de haies ou de lignes d’arbres consomme plus de carburants, cela est compensé par la substitution du bois aux combustibles fossiles pour le chauffage et pour la production de matériaux à partir du bois.

La fertilité des sols est améliorée par la décomposition des feuilles et des racines annuelles des arbres.
L’enherbement de la ligne au pied des arbres et les linéaires de haies autour des parcelles réduisent les risques d’érosion.
La perte de nutriments est limitée par le développement du système racinaire des arbres en dessous de celui des cultures. Ces mêmes racines jouent le rôle de filtre pour l’eau.
Même si l’ajout d’arbres sur la parcelle apporte une concurrence hydrique aux cultures, cette concurrence est compensée par la diminution de l’évaporation due à cette même présence d’arbres ou de haies. Cela rafraîchit également l’atmosphère et atténue les risques dus à la canicule.

Les arbres et les haies favorisent la présence de nombreux auxiliaires des cultures et insectes pollinisateurs. Ces auxiliaires régulent la présence des bioagresseurs et les pollinisateurs améliorent la production.
La biodiversité, tant au niveau floral que faunistique, se développe grâce à la diversité et la complexité des niches et corridors écologiques.

La disparité des parcelles agroforestières et des milieux bocagers limite le transfert des maladies et des ravageurs d’une parcelle à l’autre.
La présence des arbres assainit l’air, car, utilisés comme brise-vent, ils servent d’obstacles et de capteurs aux gaz, poussières et autres molécules volatiles.

Au niveau écologique il ne faut pas oublier non plus que le développement d’arbres et de haies a un impact positif, puisqu’il modifie et embellit les paysages.





Le développement de l’agroforesterie induit aussi des changements socio-économiques.

Au départ, le coût de l’implantation est important et les investissements en temps et matériels ne sont pas non plus négligeables. Mais, la diversification économique (bois d’œuvre, bois de chauffage, brf, biomasse, cultures intercalaires, fruits, champignons, etc.) augmente la rentabilité globale.

Les arbres atténuent l’exposition des cultures et des animaux aux événements extrêmes, la productivité totale des parcelles est accrue.

Au niveau de la main-d’œuvre, l’augmentation de la charge de travail lors de la plantation et du temps passé à la surveillance des bioagresseurs sont compensés par la disparition du temps consacré aux traitements phytosanitaires, le peu d’intervention nécessaire par la suite et le fait que celles-ci ont lieu en période creuse.
Le coût du matériel et de la formation doit aussi être pris en compte.


De nouvelles filières pourront être créées pour valoriser les différentes productions résultant de la diversification, ce qui créera à terme quantité de nouveaux emplois.

Pour accompagner la filière agroforestière, des changements doivent également avoir lieu au niveau politique, que ce soit par la création d’aides à l’installation ou le soutien à son développement. Et, également par la modification de la réglementation (PAC) peu incitative. 

Au niveau local, un soutien des communes et des communautés de communes que ce soit au niveau financier ou en ce qui concerne le PLU (plan local d’urbanisme) sont également nécessaires.







Selon l’ADEME, « 40 % des sols cultivés en France et 30 % des prairies pourraient être conduits en agroforesterie ». Alors qu’attendons-nous ?

lundi 16 novembre 2015

Gribouille se lave dans le jardin



Aujourd'hui, je vous propose une petite vidéo de Gribouille qui se lave dans le jardin,  adossée à son carré de culture préféré. Dans celui-ci se trouvent des Ocas du Pérou qui seront bientôt récoltés.




samedi 14 novembre 2015

mercredi 11 novembre 2015

Jardiner en pantoufles



Aujourd'hui je vous propose une petite vidéo, que j'ai réalisé la semaine dernière, dans laquelle vous verrez comment jardiner en pantoufles.






En réalisant la vidéo, j'ai eu un trou de mémoire en ce qui concerne les variétés de laitues à couper, voici donc leur nom :

  • laitue feuille de chêne blonde et laitue Red Salad Bowl en mélange dans la jardinière  
  • laitue feuille de chène Biscia Rossa dans le pot rond

lundi 9 novembre 2015

Mes canards et mes poules en promenade

L'après-midi, comme le temps est encore doux, mes canards et mes poules se promènent dans le jardin. Ils peuvent ainsi fouiner, gratter et manger des vers, des limaces, des escargots et des insectes à volonté (ainsi que quelques légumes (chou, blette, feuilles de betterave) en passant, en ce qui concerne les canards).











Entre deux, ils retournent boire de l'eau et nettoyer leur bec dans leur piscine








Les poules se baladent aussi. En ce moment, elles sont moins belles, elles sont en train de muer et ont donc perdu leur queue. Au moindre bruit suspect, elles retournent dans leur parc.





















Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...