vendredi 30 janvier 2015

Comment lutter contre la fonte des semis





C’est bientôt le moment de commencer les premiers semis de l’année.

Mais, lorsque l’on sème en terrine ou godets, il arrive parfois que les plantules lèvent et disparaissent d’un seul coup. C’est ce qu’on appelle la fonte des semis. Ce phénomène peut aussi toucher les graines lors du tout démarrage de la germination, mais dans ce cas, le jardinier ne s’aperçoit de rien (puisque cela a lieu sous terre) et pense simplement que ses graines n’ont pas germé parce qu’elles n’étaient plus valables.


Pour éviter ce problème, voici quelques conseils de prévention :
  1. Désinfectez soigneusement votre matériel de semis (pots, godets, terrines, plantoir, pelle, etc.) avec de l’eau à 80° (minimum) ou avec de l’eau additionnée de javel.

  2. Utilisez un terreau stérile (vous pouvez le passer au four ou au micro-ondes).

  3. Préparez un mélange suffisamment drainant (terreau, sable, fibres de coco).

  4. Surveillez la température. Elle doit être suffisamment élevée pour que les graines lèvent rapidement, mais elle doit rester raisonnable (20 à 25 ° en général). Evitez également de semer dans un mélange très froid, il est préférable qu’il soit à température ambiante.

  5. Arrosez suffisamment, mais pas trop. Le terreau doit être légèrement humide au toucher.

  6. Surveillez l’aération. Elle doit être suffisante et l’air doit pouvoir bien circuler.

  7. Semez une seule graine par godet et dans les terrines évitez les semis trop denses.

  8. N’ajoutez pas de fertilisant (fuyez également les terreaux contenant de l’engrais).

  9. Surveillez la luminosité. Elle doit être suffisante pour permettre à vos plantules de se développer.

  10. Utilisez des produits naturels antifongiques. Vous pouvez saupoudrer la terre de poudre de charbon de bois. Vous pouvez également vaporiser vos pots avec :
  •  de la décoction de camomille (50 gr de fleurs séchées par litre d’eau, faire bouillir pendant 20 minutes et laisser reposer 24h avant de filtrer)
  •  de la macération d’ail (100 gr d’ail pilé finement, macéré au soleil pendant 24 h dans 1 litre d’eau, puis filtration)
  • du purin de prêle (même technique que pour faire du purin d’ortie)



Et, surtout n'oubliez pas de repiquer vos plants, dès qu’ils ont 2 vraies feuilles, dans des contenants plus grands.

En suivant, tout ou partie de ces  conseils et en surveillant régulièrement la pousse, vous obtiendrez des plants vigoureux qu’il ne vous restera plus qu’à transplanter au jardin, dès que des températures clémentes le permettront. 


mercredi 28 janvier 2015

Courge Kabocha en tajine





Aujourd'hui, je vous propose, avec l'aimable autorisation de Katy Gawelik du blog Les Gourmades Astucieuses , une recette de Tajine.

Pour cette recette Katy a utilisée une courge Kabocha





J'avoue, j'ai un petit faible pour cette variété de courge. Elle a une saveur sucrée et un petit goût rappelant un mélange de carotte et de noisette. En plus, à l'intérieur, on trouve de grosses graines que l'on peut torréfier (au four) et manger à l'apéritif. Donc rien ne se perd !

Mais revenons au Tajine.
Pour la recette de Katy, il faut :
 - une demie courge Kabocha
- 12 pommes de terre bio
- 8 cl de vin blanc
- 1 oignon bio
- 1 cuillère à café d'ail des ourses déshydraté
- huile d'olive
- sel

Faire chauffer le plat à Tajine (en pierre et en céramique).
Eplucher et laver les pommes de terre. Les couper en 2.
Eplucher et émincer l'oignon.
Le faire suer, dans 1 cuillère à soupe d'huile d'olive, pendant 5 minutes.
Couper en tranches la courge et éplucher celles-ci, puis les couper en gros cubes.
Mettre les pommes de terre dans le plat à Tajine et les faire revenir pendant 5 minutes.
Ajouter la courge et mélanger pendant 3 minutes.
Verser le vin blanc et saler
Monter le feu pour faire évaporer l'alcool
Mettre le couvercle du Tajine et laisser cuire, à feu doux, pendant 45 minutes.
Ajouter 5 cl d'eau et l’ail des ourses.
Remettre le couvercle et continuer la cuisson pendant 15 minutes.

Et voilà, il ne vous reste plus qu'à déguster !

Vous pouvez retrouver la recette en images, pas-à-pas, en cliquant ici.






lundi 26 janvier 2015

Commençons par protéger nos sols



Je vous propose aujourd'hui, une très intéressante intervention de Claude Bourguignon (ingénieur agronome et Docteur Es Sciences Microbiologie), lors des assises de la biodiversité. Même si cette vidéo date de 2012, ses propos sont toujours d'actualité et nous concernent tous.




vendredi 23 janvier 2015

Réparer ce n'est pas si compliqué !





Pour vous donner le réflexe d'essayer de réparer plutôt que de jeter, voici une vidéo amusante sur le sujet :



Si vous ne savez pas comment faire, faites un tour sur le site Comment réparer  il y a de grande chance que vous trouviez la solution sur ce site. 
Vous regardez si le type de votre appareil fait partie de la liste de ceux qui ont déjà été réparé par un membre du site et vous suivez ses explications. Ou, s'il n'y figure pas ou si votre panne n'est pas répertoriée, vous pouvez poser une question pour que des internautes vous répondent.

Et si vous ne disposez pas du matériel pour effectuer les réparations, allez sur le site SOSav, sur lequel vous pouvez trouver des pièces détachées, des outils et aussi des guides de réparation.

Si vous habitez une grande ville, il se peut qu'il y ai également des ateliers de réparation organisés, comme par exemple des Repair Café. Lors de ces ateliers, des bénévoles réparent votre appareil tout en vous expliquant comment faire vous-même. Pour vous renseigner, vous pouvez aller sur le site des Repair Café.


mercredi 21 janvier 2015

Pommes de terre et autres tubercules : mon choix pour cette année



En plus des petites pommes de terre qui me restent de l'année dernière (que j'ai sauvé inextremis de la cuisson en sauteuse, à la croque au sel) de variété bleue d'Artois, corne de gatte, rose de France, j'ai racheté quelques plants pour rajeunir ma production.

J'ai pris des Ditta qui ont un très bon rendement, sont relativement résistantes au mildiou et servent à tout. Ce sont des pommes de terre à chair ferme. Elles constitueront ma réserve pour l'année.

Pour tester, j'ai pris également des pommes de terre Institut de Beauvais, une très ancienne variété. Je n'ai commandé que 10 tubercules, c'est suffisant pour faire un test et avoir du plant pour l'année suivante. C'est une variété tardive, à chair blanche, donnant de gros tubercules, qui se conservent facilement.

Pour mes autres tubercules, j'ai des Héliantis et des Topinambours qui se sont naturalisés et donc j'en récolte tous les ans sans rien faire.





J'ai également des Ocas du Pérou dont je replante immédiatement les tous petits tubercules lors de la récolte. En novembre la récolte a d'ailleurs été importante car le temps est resté clément suffisamment longtemps pour qu'ils puissent bien pousser. J'espère qu'il en sera de même cette année.


Je vais essayer la capucine tubéreuse. Cette plante vivace, de plus de 2 m de haut, est principalement cultivée dans les Andes. Je ne suis pas sûre que le goût va me plaire, car il paraît que c'est légèrement anisé. Au pire, je profiterais de ses belles fleurs, on verra bien.

Et vous, qu'avez-vous choisi ? N'hésitez pas à me répondre dans les commentaires.


lundi 19 janvier 2015

Des oiseaux dans le jardin, en janvier

Voici quelques photos des derniers jours.

Une rencontre improbable entre un picvert et une tourterelle.
Apparemment, ils s'entendaient bien et sont restés plusieurs minutes sur la même branche, puis dans le même arbre.










Les rouges-gorges et les mésanges apprécient le Bonhomme en graines.






















vendredi 16 janvier 2015

Ne jouez pas les "fashion victime"



En ces périodes de soldes, je suis toujours atterrée de voir la folie de certaines personnes dans les magasins de vêtements. Quand on sait la pollution que la production des matières premières et la fabrication des vêtements engendre (eau, énergie, produits chimiques, transport), c'est affligeant.


Voici donc quelques conseils pour ne plus être une victime de la mode et faire des achats responsables :

  • ne pas acheter ! Oui, je sais c'est une lapalissade mais est-il vraiment nécessaire d'avoir 15 pantalons, 12 vestes, 23 blousons, 42 tee-shirts, etc.

  • acheter des vêtements faits pour durer. Ils sont parfois un peu plus cher, mais plus solide. Choisissez bien sûr des tenues indémodables.

  • privilégier les matières peu polluantes comme le chanvre, le bambou, la laine ou le coton bio.

  • en prendre soin. Un bouton qui se détache, une couture qui s’effiloche, ça arrive mais en intervenant tout de suite, on peut facilement réparer les dégâts.

  • échanger ses vêtements. L'échange entre copines se pratique de plus en plus, pourquoi ne pas essayer ?

  • acheter des vêtements d'occasion, dans les boutiques d'occasion ou sur les vides-greniers.

  • customiser vos vêtements pour leur redonner un coup de jeune.

  • recycler ceux qui sont "en fin de vie".

Et suivez surtout ce slogan "Faites l'amour, pas les magasins !"





mercredi 14 janvier 2015

Une moissonneuse d'un nouveau genre



Je vous propose une vidéo étonnante d'une moissonneuse d'un nouveau genre.
A partir d'une moissonneuse traditionnelle et après quelques petites séances de bricolage, l'agriculteur a obtenu une super-machine capable de :

  • récolter le grain
  • broyer la paille
  • pulvériser du purin d'ortie
  • semer des couverts végétaux (engrais verts)
et tout cela en un seul passage.
Regardez c'est vraiment intéressant. Je pense que c'est en développant ce type de matériel que l'on pourra plus facilement convaincre les agriculteurs d'employer des techniques de culture biologique.







lundi 12 janvier 2015

Les projets au jardin pour 2015





La pluie et la tempête nous obligent à rester au chaud.
C'est le bon moment pour faire des projets d'aménagement en ce début d'année.

Au programme , il y a bien sûr de nouvelles buttes et carrés de culture qui sont prévus. Leur construction dépendra de ce que nous trouverons à récupérer comme matériaux (bois, briques).

Une mare était prévue en 2014, sa confection a été repoussée. Nous espérons la réaliser en 2015, à partir d'une vieille bâche de bassin.



Nous devons aussi trouver une solution contre les dégâts faits par les canards. Nous envisageons donc d'agrandir leur parc à tout le verger et de ne plus les laisser en liberté dans le jardin toute la journée, mais uniquement lorsque nous serons présentes.
Mais pour cela, il nous faut clôturer la partie verger, tout en conservant leur enclos pour la nuit.
Nous profiterons de cette clôture pour y installer des plantes grimpantes et de petits buissons qui ne craignent pas les coups de bec.




Justement, en parlant de buissons, j'ai trouvé des graines de tagasaste et de baies d'argent, qui, si elles poussent, pourront me donner des buissons.

En novembre j'ai réalisé des boutures de framboisiers, qui, si miraculeusement elles s'enracinent pourront venir compléter le  décor. Evidemment, il est très facile de faire des boutures de framboisiers, mais Gribouille les a déterrées plusieurs fois en grattant pour faire ses besoins à l'endroit exact où je les avais installées.

J'ai reçu en cadeau un kiwi autofertile et un abricotier qu'il a fallu caser. Mais je ne suis pas sûre qu'ils passeront l'hiver.



Depuis le temps que je voulais faire plaisir à Katy en plantant un plaqueminier, j'ai fini par trouver la variété que je cherchais, l'arbre doit arriver dans quelques jours. J'espère qu'il pourra être rejoint par un asiminier ou un grenadier mais on verra...

Evidemment, de nouveaux essais vont avoir lieu au jardin. De nouvelles graines dorment encore sagement dans leurs paquets, mais plus pour longtemps...




La réparation de la serre devient plus qu'urgente, il faudra vraiment s'y atteler. Le poulailler a également besoin de quelques réparations et d'un coup de peinture. De l'élagage est aussi au programme.

Beaucoup de travail en perspective !


Il me faudra aussi garder du temps pour terminer la rédaction des ouvrages en cours, pour prendre des photos du jardin et écrire les articles.


Je suis sûre que je ne m’ennuierai pas encore cette année, mais quand on aime....








(source cliparts : http://www.toutimages.com/cliparts.htm)

mercredi 7 janvier 2015

Rétrospective 2014




Je vous propose de passer en revue quelques-uns des articles que vous avez préféré en 2014.

Hors classement, car dépassant de très loin tous les autres, on trouve les articles concernant les différents poulaillers que vous avez réalisés à partir du tutoriel que j'ai réalisé lors de la construction de mon poulailler :

- un exemple avec roue : http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2014/07/poulailler-un-nouvel-exemple-avec-roues.html

- celui-ci : http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2014/06/poulailler-encore-une-realisation-dun.html


A part donc ceux-là, l'article qui arrive en tête est l'article détaillant ce que l'on peut faire avec des coquilles de noix et noisettes : http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2014/02/que-faire-avec-des-coquilles-de-noix-ou.html

Puis vient ensuite celui relatant mon opération commando contre les limaces : http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2014/06/la-chasse-aux-limaces-operation-commando.html C'est un sujet qui vous intéresse et on comprend facilement pourquoi quand on repense à l'invasion de limaces qu'il y a eu cette année. D'ailleurs l'article sur mon arme de destruction massive contre les limaces a fait un beau score également http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2014/03/contre-les-limaces-une-arme-de.html

Mon coup de gueule contre le bêchage a attiré également de nombreux visiteurs http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2014/03/mais-arretez-de-becher-bon-sang.html

Viennent ensuite les calendriers lunaires des mois de mars-avril et de ma-juin, la période la plus chargée au jardin et d'autres mais arrêtons nous là, je ne vais pas reprendre les 155 articles publiés en 2014.

Mais ce rapide aperçu me conforte dans l'idée que vous appréciez que je vous parle de jardinage, en premier lieu, mais pas seulement. Vous aimez apparemment également tout ce qu'il y a autour, tout ce qui concerne la nature en général.



lundi 5 janvier 2015

En ce début d'année, n'oublions pas les oiseaux



Pendant la période des fêtes, le froid et les températures négatives sont arrivés.
Il était temps de penser aux oiseaux et de leur mettre à manger.

Même si dans notre jardin, ils finissent surtout les grains distribués aux poules et aux canards, ils ont droit en ce moment à de la nourriture supplémentaire.

En plus de l'installation des mangeoires habituelles, cette année nous avons disposé 2 nouveautés, reçus en cadeau durant les fêtes.

Une mangeoire en coque de Noix de Coco, inventée et fabriquée par le filleul de Katy




(un trou d'écoulement est même prévu en dessous pour que l'eau qui pourrait rentrer malgré le chapeau, lors de fortes pluies, ne stagne pas à l'intérieur),

et un très sympathique bonhomme en boules de graisse et graines de tournesol




Nous les avons installé dans la direction de la porte-fenêtre de la cuisine pour pouvoir profiter du spectacle.

vendredi 2 janvier 2015

Fin de l'embargo international contre Cuba : une chance ou une catastrophe ?



Suite à l'embargo imposé par les Etats-Unis puis la chute de l'URSS, Cuba s'était trouvé dans une situation très difficile. Pour ne pas mourir de faim, Cuba se mis à développer sa propre agriculture urbaine. Produire sa propre nourriture était devenu vital.

Ils firent le choix d'une agriculture écologique, non par conviction au départ, mais simplement parce les engrais et les pesticides n'étaient plus disponibles.

Chacun appris à cultiver : des cours furent donnés aux enfants mais également aux adultes.

Les débuts furent très difficiles, mais l'ingéniosité et le courage des cubains leur permis de devenir le leader mondial de l'agriculture verte.

Les 3 vidéos suivantes vous montrent comment ils ont fait :








Maintenant que de nouvelles relations économiques vont pouvoir se mettre en place avec les Etats-Unis, ils auront le choix entre 2 solutions :

  • renier tout ce qu'ils ont fait depuis 20 ans et revenir aux pesticides et engrais, à la production industrielle, passer aux OGM, etc., à la grande joie de Monsanto, mais au détriment de la population humaine et animale de l'île, ainsi qu'au détriment de la planète

  • ou profiter du libre échange pour exporter leur production et renforcer leur position de leader du bio, tout en faisant bénéficier le monde entier de leur savoir-faire en la matière
J'espère de tout cœur que c'est cette dernière solution que choisiront les cubains et qu'ils ne se laisseront pas corrompre par l'argent facile et les beaux discours des semenciers américains !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...