mercredi 29 juin 2016

Que récolter au jardin fin juin ?



Je vous propose dans cette vidéo de découvrir ce que l'on peut récolter (et donc manger) actuellement au jardin, que ce soit en fruits ou en légumes.

Sur la vidéo il manque les fèves (qui se trouvent au fond d'une butte, près de la serre et que j'ai oublié de filmer.



Pour aller plus loin...




lundi 27 juin 2016

Rencontre avec Carine Mayo venue visiter notre jardin

Rencontre avec Carine Mayo venue visiter notre jardin


Jeudi 23 juin, nous avons eu la chance de rencontrer Mme Carine Mayo, journaliste, écrivain, présidente de l'association des Journalistes-écrivains pour la nature et l'écologie (JNE), auteure notamment de Le Guide de la permaculture au jardin, qui était venue visiter notre jardin.

Ce fut une petite demie journée bien agréable, où nous avons pu échanger sur notre passion commune. Nous avons commencé notre discussion autour d'un bon repas végétarien préparé par Katy et l'avons continuée au jardin.

Nous avons fait le tour de "notre domaine" en expliquant nos choix, nos façons de procéder et en confrontant nos expériences et ressentis avec ceux de Carine.
















Heureusement, la météo est restée clémente durant toute la visite. 

Le temps a passé vite, très vite, trop vite et l'heure de reprise du train a sonné alors que nous avions encore beaucoup de sujets à aborder. Nous aurions notamment aimé écouter Carine parler des différents voyages qu'elle a effectués à la rencontre de permaculteurs, sujet que nous avons à peine eu le temps de survoler durant le repas. 

Ce n'est qu'une fois rentrée de la gare que je me suis aperçue que je n'avais pas fait la moindre photo. Heureusement que Carine en avait pris, (c'est une partie de ses photos, qu'elle m'a gentiment autorisée à utiliser, qui illustre cet article). 

Bref, une très belle rencontre dont nous garderons longtemps le souvenir... 

samedi 25 juin 2016

La beauté du maïs



Aujourd'hui, je vous propose un extrait du livre  "S'éveiller à la sagesse profonde de la terre" de Sandra Ingerman et Llyn Roberts.

"L'être de la nature qu'est le maïs existe depuis bien longtemps sur notre belle et grande planète. Dans le centre du Mexique, des scientifiques ont découvert dans des sédiments du pollen de maïs  fossilisé âgé de 80 000 ans. Il est le descendant d'herbes sauvages indigènes que l'on appelait "téosintes".

Il y a quelques 7 000 ans, les Indiens de Méso-Amérique  se sont mis à domestiquer le maïs. Il en existe aujourd'hui de nombreuses variétés, mais celle que nous préférons, notamment quand nous mangeons en plein air, est le maïs doux.

Manger le maïs en épi est une expérience tangible et intense.
A l'âge de 98 ans, ma mère refusait qu'on lui retire le maïs de l'épi, bien que cela lui eût facilité la vie. Elle voulait continuer de détacher elle-même chaque grain de l'épi avant de la mâcher.

Quand je regarde tous les grains de maïs disposés dans des bols cérémoniels autour de ma maison, je ressens une lumière brillante venant de chacun de ces grains. Il y a en eux une véritable beauté, une évidence : chacun détient en lui le modèle de la santé parfaite. J'ai placé des épis de maïs à divers endroits pour me rappeler que l'univers est abondant et que nous recevons toujours ce dont nous avons besoin pour aller bien.



Souvenez-vous d'un été où vous avez mangé en plein air. Revivez pleinement cette expérience. Imaginez la douceur, et peut-être même l'humidité, de l'air chaud, en fonction de l'endroit où vous êtes. Sentez la diversité des odeurs des aliments préparés. Ecoutez les rires de vos amis et de votre famille durant ces moment de joie et de célébration. Beaucoup parmi vous se souviendront sûrement dans ces moments-là d'avoir eux-mêmes égrené leur épi de maïs avant de la manger. Visualisez les grains blancs ou jaunes brillants que vos dents s'apprêtent à croquer. Ressentez que vous tenez votre maïs et que vous prenez votre première bouchée. Tandis que vous mâchez chaque grain de maïs, savourez son goût sucré.

[...] En regardant au loin, vous apercevez un jardin rempli de tiges sur lesquelles pousse du maïs. Vous vous approchez et, une fois arrivé près du jardin, vous entendez des personnes munies de maracas qui adressent des chants au maïs. Vous êtes en train d'observer un rituel ancien, une pratique spirituelle dont le but est d'honorer cette plante et de l'encourager à pousser.



L'industrie agroalimentaire moderne a changé notre relation au maïs. Nombreux sont ceux qui n'honorent plus l'esprit des êtres de la nature qu'ils mangent ; ceux-ci sont perçus comme de simples "produits alimentaires" achetés dans des magasins. Il est temps de réfléchir à l'aspect sacré du maïs et de toutes les plantes qui subviennent à nos besoins."


(sources images pixabay, wikimédia)


Pour aller plus loin...




mercredi 22 juin 2016

Comment construire un Wicking Bed ? 2éme partie



Voici la suite de la construction du Wicking Bed, pas à pas.

Vous pouvez retrouver la première partie ici : http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2016/06/comment-construire-un-wicking-bed-1ere.html

On continue en installant un pot de fleurs au milieu qui servira de mèche, puis en remplissant le fond de 2 ou 3 briques et de gravier.

Comment construire un Wicking Bed ? 2éme partie






Ensuite, il faut installer une barrière de protection entre les graviers et la terre. Pour cela on peut 
poser un voile géotextile si on en a. Comme je n'en avais pas, j'ai utilisé un drap de récupération.




Il faut faire attention à bien le positionner, puis le couper aux bonnes dimensions.




Puis, j'ai ajouté une bonne couche de compost. Comme les vers de compost et autres insectes du compost sont présents, je vais continuer à les alimenter régulièrement. Ainsi, le wicking Bed produira son propre compost.






J'ai terminé par une couche de terreau et j'ai planté à l'intérieur.




J'ai planté une aubergine Diamond, 




un pied de tomate Minibel,




un pied de patate douce,




et un pied de luffa (je ne sais pas s'il poussera à l'extérieur).




Enfin, j'ai terminé par un premier arrosage sur le dessus puis un deuxième par le tuyau, jusqu'à ce que le trop-plein coule, et j'ai ajouté du paillage.

J'en avais déjà fait un premier (mais j'avais oublié de faire des photos) dans lequel j'avais planté un pied de Yacon (poire de terre), un pied de tomate corne des Andes, un pied de thé de longue vie et semé quelques graines de betterave.












Vous voyez, ce n'est pas bien compliqué à fabriquer ! Et, ce système à de nombreux avantages :

  • cultiver des légumes même lorsqu'on n'a pas de jardin
  • avoir un bon volume de terre permettant de cultiver des légumes racines, ou des légumes ayant des racines profondes et même de petits arbustes fruitiers
  • arroser moins souvent
  • jardiner en hauteur
  • avoir la possibilité d’auto-produire en même temps son propre compost
  • contrôler plus facilement les insectes indésirables, 
  • etc.


Alors, vous construisez le(s) vôtre(s) quand ?







lundi 20 juin 2016

Comment construire un Wicking Bed ? 1ère partie

Comment construire un Wicking Bed ? 1ère partie


Aujourd'hui, je vais vous expliquer pas à pas la fabrication d'un Wicking Bed.

Mais, tout d'abord, vous vous demandez peut-être ce qu'est un Wicking Bed. Eh bien, c'est un bac de culture où l'arrosage se fait par capillarité. C'est un peu un genre de bon vieux Bac Riviera (pour les anciens qui ont connu ça !), mais en plus grand !

En fait, en résumé, dans un grand contenant, vous mettez au fond un tuyau de drainage et du gravier par dessus. Au milieu un pot sert de mèche. On pose un voile de séparation et on ajoute de la terre et on plante, puis on paille.

Vous pouvez utiliser tout type de bidon, baril, lessiveuse ou poubelle pour le réaliser. Personnellement, j'ai choisi les grosses poubelles noires de 80 l de chez Brico Dépôt à 6, 50 euros pièce, ce qui revient moins cher que les bidons bleus de chantier de 120 l que l'on coupe en 2.


Comment construire un Wicking Bed ? 1ère partie


Pour le tuyau de drainage, le must est d'utiliser du drain agricole, mais encore une fois le prix est important (66,20 euros) et vous vous retrouvez avec 50 m de drain dont vous n'avez pas forcément l'utilité (à moins d'utiliser également ce système pour vos buttes).

J'ai choisi de la gaine TPC rouge EDF. J'en ai eu pour 25,08 euros pour 25 m (chez Chrétien Matériaux de Carvin).

Comment construire un Wicking Bed ? 1ère partie


J'ai fais un tour et demi avec la gaine à l'intérieur de la poubelle et je l'ai fixée avec de la ficelle.




Et, j'ai fais des trous dedans moi même avec une mèche de 4,5 (dans la partie enroulée uniquement).






Pour éviter que le gravier bouche le bout, j'ai trouvé une vieille boîte plastique qui s'adaptait bien et je l'ai mise au bout, en perçant le fond également.








Pour tenir la partie haute du tuyau qui servira à remplir la poubelle d'eau, j'ai percé la poubelle dans le haut.






Puis, j'ai attaché le haut du tuyau à la poubelle à l'aide de colliers Colson.






Au niveau du haut du gravier (à environ 14,5 cm du bas de la poubelle), j'ai percé un trou pour le trop-plein






et j'ai mis un morceau de vieux tuyau flexible de douche pour l'écoulement. 






Pour éviter qu'il se bouche, j'ai coupé un morceau de tissu que j'ai enroulé au bout et que j'ai maintenu avec un collier.












Je vous expliquerai la suite de la construction, dans le prochain article.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...