mercredi 16 août 2017

Prendre soin de la terre et des hommes



Je vous propose un petit diaporama pour illustrer un des grands principes de la permaculture : prendre soin de la terre et des hommes.

Pour suivre ce principe, je vous détaille quelques actions concrètes à mettre en place.




............

lundi 14 août 2017

Calendrier lunaire Septembre Octobre 2017




Septembre 2017

Jours Feuilles : 7, 8, 9, 16, 26,
Jours Fruits : 1, 2, 10, 18, 19, 28, 29, 30
Jours Fleurs : 5, 6, 14, 15, 24, 25
Jours Racines : 3, 11, 12, 20, 21, 22, 23

Lune montante du 1 au 13
Lune descendante du 14 au 25
Lune montante du 26 au 30

Repos les 4, 13, 17, 27 (Nœud lunaire)




Octobre 2017

Jours Feuilles : 4, 5, 6, 13, 14, 23, 24
Jours Fruits : 7, 8, 16, 26, 27
Jours Fleurs : 1, 3, 12, 21, 22, 30, 31
Jours Racines : 10, 11, 17, 18, 19, 20, 28

Lune montante du 1 au 9
Lune descendante du 10 au 23
Lune montante du 24 au 31

Repos les 2, 9, 15, 25, 29 (Nœud lunaire)



Un calendrier lunaire complet reprenant les différentes phases de la lune est disponible au bas de cette page.

samedi 12 août 2017

Le concombre se mange aussi chaud



Je ne sais pas si comme moi vous avez beaucoup de concombre en ce moment.
Si vous en avez marre de le manger froid, sachez que vous pouvez aussi le manger chaud !
Vous pouvez également le conserver au vinaigre, comme des cornichons ou le lactofermenter.

Pour les manger chaud, je vous propose une des nombreuses recettes de Katy Gawelik du blog Les Gourmandes astucieuses (avec son aimable autorisation) : des Tartelettes au concombre, avec une pâte aux algues.




Vous pouvez ne pas mettre d'algues dans la pâte si vous le désirez (mais je vous rassure, les algues c'est très bon !)

Pour cette recette il vous faut :

- 100 g de farine semi-complète bio
- 1 gros concombre bio
- 1 bonne cuillère à soupe d'algues Salade du pêcheur déshydratée bio
- 2 cuillères à soupe de miso bio
- 2 cuillères à soupe de tahin (purée de sésame) bio
- 1 bonne pincée de Fleur de sel
- 1 cuillère à café de paprika bio
- 1/2 cuillère à café d'ail déshydraté bio
- 1 pincée de Piment d'Espelette bio

- 3 cuillères à soupe d'huile d'olive bio

Commencez par réhydrater les algues, dans très peu d'eau, pour éviter de jeter l'eau et tous les nutriments avec.

Puis, faire la pâte : Mélangez la farine, 1 pincée de sel, 1 cuillère à soupe d'huile d'olive, les algues et 60 ml d'eau. Finir de mélanger à la main pour former une boule, sans pétrir.

Epluchez le concombre. Coupez-le en 2, dans le sens de la hauteur et évidez-le, avec une petite cuillère.

Coupez-le en fines tranches avec ma mandoline.

Préparez le badigeon, en mélangeant le tahin, le paprika, l'ail, la Fleur de sel, le Piment d'Espelette et les 2 cuillères à soupe d'huile d'olive restantes.

Déposez la pâte sur un plan de travail fariné.

Etalez-la, et découpez des ronds (en vous aidant d'un moule à tartelette) et foncez vos moules avec ces ronds.
Piquez le fond avec une fourchette pour éviter que la pâte ne gonfle à la cuisson.

Préchauffez votre four à 210°.

Tartinez le fond de des tartelettes de miso.

Rangez sur le dessus des tranches de concombre.

Répartir sur le dessus un peu du badigeon au tahin.

Renouvelez l'opération 2 fois, jusqu'à atteindre le bord de la pâte.

Enfournez et laissez cuire, pendant 35 minutes (jusqu’à ce que les concombres soient fondants).

Il ne vous restera plus qu'à vous régaler !

Vous pouvez retrouvez la recette, pas-à-pas, en images (et bien d'autres) ici :  http://lesgourmandesastucieuses.blogspot.fr/2015/10/tartelettes-au-concombre-avec-pate-aux.html


mercredi 9 août 2017

Bien chouchouter son sol : les conseils d'Yves Gillen



Je vous propose une vidéo d'Yves Gillen, dans ses jardins du Marais à Herbignac, qui nous parle du sol et du jardin.

Un petit rappel avant, concernant le non-bêchage (extrait de mon livre Mon jardin devient bio) : 

"Comme le dit si bien Fukuoka Masanobu : «  Le sol vit d'une manière autonome et se laboure lui-même. Il n'a besoin d'aucune aide humaine. »

Les différents organismes, composant la faune du sol, vivent à des profondeurs différentes. Certains d’entre eux sont aérobies (ils ont besoin d’oxygène pour vivre) et d’autres sont anaérobies (ils vivent sans oxygène). Ainsi, en retournant la terre, vous envoyez les organismes aérobies au fond et vous les étouffez et vous remontez à la surface les organismes anaérobies qui meurent également.

Les décomposeurs primaires qui se nourrissent de végétaux morts se retrouvent au fond à la place des décomposeurs secondaires qui, eux, mangent des matières fortement décomposées et qui se retrouvent en surface. Bref, tout ce petit monde meurt, car leur environnement est totalement chamboulé, l’équilibre du sol est perturbé. Ils ne sont donc plus là pour produire de l’humus et aérer la terre.

De plus, certaines plantes ayant besoin de champignons et d’autres de bactéries pour bien se développer, elles ne trouvent plus ces ingrédients, au bon endroit, pour nourrir leurs racines. La seule façon de les faire pousser correctement est alors d’avoir recours aux engrais.

Alors qu’avec le non-bêchage, toute la faune reste à sa place et peut se multiplier afin d’améliorer votre sol.

Enfin, le non-bêchage empêche les graines de « mauvaises herbes » présentes dans le sol de remonter à la surface et de germer."




           

PS : je suis toujours (depuis de nombreuses années) à la recherche d'un hache-paille comme celui que l'on voit dans la vidéo (et pas d'autres modèles). Si vous connaissez quelqu'un qui en vend un, prévenez moi ! 😃

lundi 7 août 2017

Chevalet de sciage en palettes, construction pas-à-pas



Aujourd'hui, pour changer un peu, je vous propose de faire un peu de bricolage.

Si vous avez du bois à couper, vous savez que c'est parfois long et fastidieux.

Je vais vous faciliter la vie, grâce à cette nouvelle vidéo dans laquelle je vous explique, pas-à-pas comment construire un chevalet de sciage en palettes et autres bois de récupération.

Même si vous disposez déjà d'un chevalet, il est parfois peu solide et souvent vous ne pouvez couper qu'une branche à la fois.
Avec ce modèle, vous pouvez couper plusieurs branchages en même temps !




C'est un modèle très économique. Je n'ai utilisé que du bois de palettes et un montant de lit de récupération. Les clous sont ceux des palettes que j'ai démonté.
Les seules pièces neuves sont les 32 vis que j'ai utilisé (24 pour les 6 planches de la partie centrale et 8 pour les pieds).

Le chevalet fait 1m20 de long et les 3 montants principaux 1m20 de haut.

Les planches centrales servant de support et à relier les 2 palettes font 32,7 cm de long (20 cm d'écartement entre les 2 palettes auxquelles s'ajoutent la largeur des montants centraux). Vous pouvez augmenter ou diminuer l'écartement, en fonction de la taille moyenne de vos branchages. Nous n'avons pas de taille standard dans nos morceaux de bois, (ils sont fins ou gros, en fonction de ce que l'on récupère) donc nous avons choisi un écartement moyen, mais vous pouvez facilement aller jusque 30 cm.
Elles ont été vissées à 75 cm de haut (à partir du bas), car Katy mesure 1m54, mais cette hauteur est à régler en fonction de votre taille, afin que l'utilisation de la tronçonneuse soit agréable pour vous.

Les pieds font 70 cm de long soit un débord (dans cet exemple) de 18,5 cm. Ils devraient normalement faire 1m20 de long (puisque c'est la taille de la hauteur des montants) pour une stabilité maximale, mais je n'avais pas de morceau de bois suffisamment long. De plus, avec des pieds débordant de 43,5 cm, j'avais peur de prendre mes pieds dedans et de me retrouver par terre (déjà avec ces 18,5 cm de débord, cela risque d'arriver).

Ne sachant toujours pas me servir de Sketchup (pourtant quand je regarde les tutoriels, ça à l'air facile !), je vous ai fait un plan "à ma façon".




samedi 5 août 2017

40 éme Foire à l'ail de Locon le 27 août 2017

40 éme Foire à l'ail de Locon le 27 août 2017

Le dimanche 27 août 2017 aura lieu la 40éme Foire à l'ail de Locon.

Comme tous les ans, vous pourrez retrouver, dans ce cadre champêtre, les producteurs locaux d’ail, oignons et échalotes.

Vous pourrez repartir avec de l’ail de qualité, mais hélas non bio, blanc ou fumé, vendu en bottes ou en tresses (15, 25, 45, 90 têtes).

Dès 9 h, vous pourrez admirer :

  • les travaux des artisans et des peintres, 
  • les animaux de la ferme,
  • les chevaux Trait du Nord,
  • des tracteurs anciens, 
  • les photos du club de photos,
  • les jouets du monde rural,
  • les locomobiles du siècle dernier,
  • etc.

A partir de 11 h, vous pourrez assister à des démonstrations des gestes d'antan pour :

  • le battage des haricots,
  • le battage du blé,
  • le ferrage des chevaux,
  • le tressage de l'ail,
  • la traite,
  • etc.

Vous pourrez aussi participer au concours de pétanque en doublette et vous initier au tir à l'arc.

Si vous avez une petite faim, vous pourrez vous restaurer sur place et notamment déguster la célèbre soupe loconoise (dont 1800 litres sont cuisinés chaque année, à partir de 200 kg d'ail et de quelques autres ingrédients) !

L'entrée et le parking sont gratuits.

40 éme Foire à l'ail de Locon le 27 août 2017

(sources images : http://foirealail.fr/)

mercredi 2 août 2017

Promenade au Potager extraordinaire de la Mothe-Achard (Vendée)



C'est les vacances ! Pour ceux qui comme moi reste chez eux, je vous propose une petite visite en vidéo du jardin extraordinaire de la Mothe-Achard, en Vendée.
Ce jardin potager présente, chaque année, plus de 1500 variétés de plantes, venues des 4 coins du monde, réparties en 12 jardins thématiques.







lundi 31 juillet 2017

La permaculture sort du jardin pour nous aider à vivre mieux


La permaculture sort du jardin pour nous aider à vivre mieux


La permaculture ne se résume pas à une technique de jardinage (même si au départ, elle était surtout basée sur des principes d'agriculture).

C'est une philosophie de vie qui permet de subvenir à tous les besoins humains et écologiques. C'est un modèle qui permet à l'homme de se nourrir et de vivre, d’interagir avec les autres, de recréer du lien, sans détruire la nature et même en permettant à celle-ci de se régénérer.

Mais, pour cela, il faut tout repenser que ce soit son mode de vie, ses relations humaines et ses valeurs.

La permaculture sort du jardin pour nous aider à vivre mieux


La permaculture vise à obtenir un mode de vie plus éthique en :
  • prenant soin de la terre,
  • prenant soin des humains,
  • partageant équitablement.
La permaculture sort du jardin pour nous aider à vivre mieux


Elle prend soin également des animaux.
J'aime bien cette citation d'Albert Schweitzer, extraite de La civilisation et l'éthique : " Un homme n'est véritablement éthique que s'il obéit à l'obligation de secourir toute vie lorsque la situation se présente et qu'il en a les possibilités, et s'il craint plus que tout de nuire d'une façon ou d'une autre à un être vivant. Il ne se demande pas jusqu'à quel point telle ou telle vie mérite qu'il lui accorde son intérêt, selon qu'elle aurait une valeur propre ou selon qu'elle serait capable d'éprouver des sensations ou pas. Pour lui, la vie est sacrée, en tant que telle. Il n'arrache pas étourdiment des feuilles aux arbres ni des fleurs à leur tige et il prend garde à ne pas écraser des insectes en passant. Si par une nuit d'été il travaille sous une lampe, il préférera laisser sa fenêtre fermée et respirer un air lourd, plutôt que de voir une hécatombe d'insectes aux ailes roussies s'abattre sur sa table.
Si en sortant sur la route après une pluie, il y aperçoit un ver de terre qui s'est fourvoyé là, il se dit que ce ver va dessécher au soleil faute d'être remis à temps sur un sol meuble où il pourra s'enfouir: il l'enlèvera donc du goudron fatal et le déposera dans l'herbe. Si en passant devant une grande flaque il y voit un insecte qui se débat, il prendra la peine de lui tendre une feuille ou un fétu de paille pour le sauver.
Il ne craint pas de faire sourire de sa sensiblerie."

La permaculture sort du jardin pour nous aider à vivre mieux


La permaculture cherche à créer du lien, des interactions entre tous et toutes choses, car cela nous rend plus attentifs au monde qui nous entoure.
J'aime bien cette citation de Steve Pavlina : "Pour grandir en tant qu'être humain, vous devez maîtriser l'art d'établir des liens. Créer un lien signifie que vous prêtez attention à quelque chose, que vous y pensez, que vous êtes impliqué avec elle.
On peut établir un lien avec des gens, mais aussi avec des groupes, des objets, des endroits, des idées, des valeurs ou des activités. Pour établir un lien, il suffit d'être attentif."


La permaculture sort du jardin pour nous aider à vivre mieux


La permaculture a une approche systémique, c'est-à-dire globale, dans laquelle tous les éléments coopèrent et se soutiennent pour prospérer efficacement, de manière équilibrée sans produire de déchets. C'est pourquoi ce concept et ses principes peuvent donc aussi bien être appliqués à un jardin, un foyer, une communauté ou même une entreprise.


La permaculture sort du jardin pour nous aider à vivre mieux


Evidemment, tous ces changements ne peuvent pas se faire en un jour. Il faut commencer petit et faire un pas l'un après l'autre. Par exemple, en :
  • cultivant son jardin,
  • récupérant l'eau,
  • en recyclant au maximum et en tendant vers le zéro déchet,
  • en préservant la nature et en se reconnectant à elle,
  • en recherchant et préservant les savoirs ancestraux et en les adaptant à l'époque actuelle,
  • en créant et alimentant une grainothèque,
  • en cultivant des pensées positives,
  • en s'intéressant aux autres et au monde, en les aidant et en en prenant soin,
  • en apprenant à être mieux dans sa tête comme dans son corps pour mieux vivre,
  • etc.


Soutenez nos actions sur Tipeee :


                

samedi 29 juillet 2017

Observez la nature avec des yeux d'enfants

Observez la nature avec des yeux d'enfants


Comment vouloir comprendre la nature et être en symbiose avec elle si l'on ne sait pas la regarder ?

Profitez donc de l'été et des vacances pour retrouver vos yeux et votre curiosité d'enfant et regardez !

Tiens, cette plante, qu'est ce que c'est ? Pourquoi est-elle là ? Qui a-t-il autour ? Elle pousse sur quel sol ?

Tiens une fourmi, elle va où ? Elle vient d'où ? Elle fait quoi ?

Tiens cet insecte c'est quoi ? Il fait quoi ? Il est le prédateur de qui ? Il est mangé par qui ?
etc.


Observez la nature avec des yeux d'enfants


Bref, vous avez compris l'idée. Soyez curieux, regardez, sentez, touchez, goûtez la nature autour de vous. Vous verrez que l'on découvre ainsi quantité de choses...

Car en permaculture, on essaye notamment d'imiter la nature. Mais pour cela, il faut la comprendre, sinon il n'y a pas d’interaction possible. Ces observations nous permettent souvent de faire évoluer nos pratiques.


Observez la nature avec des yeux d'enfants


Par exemple, on s'aperçoit :
  • que tel insecte auxiliaire qui est un super prédateur d'un nuisible dont on veut limiter la propagation dans le jardin, apprécie beaucoup telle plante. Donc on va augmenter les quantités de cette plante afin d'avoir plus de super prédateurs. 
  • que telle plante pousse beaucoup mieux lorsqu'elle a pour voisine telle autre plante.
  • que telle plante développe moins de maladie lorsqu'elle est en contact avec telle autre. 
  • que tel insecte nuisible raffole de telle plante et du coup laisse tranquilles les autres plantes. 
  • etc.

Observez la nature avec des yeux d'enfants


Vous remplacez donc les produits phytosanitaires, engrais et pesticides en tout genre, par des observations et des expérimentations, n'est-ce pas beaucoup mieux ?

Et, je ne vous parle pas du côté relaxant que vous procure l'observation de la nature. Cet effet de zénitude est démontré par de très nombreuses études.


Observez la nature avec des yeux d'enfants


Résultat, votre jardin se porte mieux et vous vous portez mieux également et tout cela simplement parce que vous avez pris le temps d'observer. N'est-ce pas miraculeux ?


               

mercredi 26 juillet 2017

Quelques vues de mon jardin en permaculture, 25 juillet 2017

Quelques vues de mon jardin en permaculture, 25 juillet 2017


Je vous propose quelques vues de mon jardin bio, en permaculture, en cette fin juillet 2017.

Le temps très sec depuis plusieurs mois et les températures élevées (oui, même ici dans le nord de la France) font souffrir les plantes.

Mais, malgré quelques pieds de courges ou courgettes qui n'ont pas résisté à la canicule et des haricots moins nombreux que d'habitude, tout pousse correctement dans mon potager, comme vous pourrez le voir dans ce diaporama.





              

lundi 24 juillet 2017

La permaculture et ses 12 principes : revenons aux bases


La permaculture et ses 12 principes : revenons aux bases


La permaculture étant devenue à la mode, on entend un peu tout et n'importe quoi.

Aussi, je vous propose de revenir aux bases.

Tout d'abord une définition. Des définitions, il en existe beaucoup, il y en a même une dans le petit Robert. Voici la mienne, elle est un peu longue (celle de Graham Bell est beaucoup plus concise), mais je ne vois pas comment la raccourcir, car le sujet englobe finalement beaucoup de choses. Elle se rapproche un peu de celle de Patrick Whitefield.


La permaculture et ses 12 principes : revenons aux bases


Ma définition :

C’est la création d’un écosystème comestible très productif dans lequel chaque besoin doit être comblé par plusieurs sources (ex. : diversité dans l’alimentation) et chaque plante, animal, structure doit avoir plusieurs fonctions (ex. : la poule qui produit des oeufs, des fientes, mange les insectes, réduit les déchets alimentaires, etc..).
Cet écosystème doit également être harmonieux, prendre soin de la terre comme des personnes et utiliser en priorité des ressources locales. Les aménagements doivent être fonctionnels, adaptés aux
lieux (ex. : les buttes ne conviennent pas partout) comme aux personnes et permettre de trouver des solutions pérennes et respectueuses de l’environnement.
Mais, c’est aussi et surtout une philosophie de vie, une manière de vivre et de penser, d’interagir avec les autres et avec son environnement.


La permaculture et ses 12 principes : revenons aux bases


Et, en plus d'une définition, il faut un certain nombre de règles, de principes. Voici ceux qu'a définis David Holmgren, un des pères (avec Bill Mollison) de la permaculture :

1. Observer et interagir
2. Collecter et stocker l’énergie
3. Créer une production
4. Appliquer l’autorégulation et accepter la rétroaction
5. Utiliser et valoriser les services et les ressources renouvelables
6. Ne pas produire de déchets
7. Partir des structures d’ensemble pour arriver aux détails
8. Intégrer plutôt que séparer
9. Utiliser des solutions à de petites échelles et avec patience
10. Utiliser et valoriser la diversité
11. Utiliser les interfaces et valoriser les éléments en bordure
12. Utiliser le changement et y réagir, de manière créative.

Ces principes peuvent être appliqués à n'importe quel écosystème, y compris une entreprise.

La permaculture et ses 12 principes : revenons aux bases


La permaculture et ses 12 principes : revenons aux bases



..............

samedi 22 juillet 2017

Sortie du livre Mes recettes d’été saines, bios, végétariennes et gourmandes de Katy Gawelik



Je vous avais parlé il y a quelques jours de la sortie imminente d'un nouveau livre de recettes de Katy Gawelik.
Et bien le voici ! Il s'agit de Mes recettes d'été saines, bios, végétariennes et gourmandes.

Il fait la part belle aux légumes d'été du jardin.

Rien ne vaut les légumes et les fruits de saison ! C’est, bien évidemment, la période où ils sont meilleurs. Normalement cueillis à maturité, ils sont gorgés de jus et de saveurs incomparables.

En tant que jardinier, vous connaissez sûrement la joie merveilleuse de voir pousser des tomates, des courgettes, des concombres, des fraises, des fruits rouges, etc., de les cueillir à la minute et d’en faire de superbes recettes originales et pleines de saveurs.


Mais, il vous manque peut-être parfois de l'inspiration pour cuisiner vos récoltes.
Alors, fini les prises de têtes, avec ce livre vous pourrez concocter facilement et rapidement des recettes saines, bios, végétariennes, gourmandes, souvent originales et pleines de saveurs.

Une fois de plus, je les ai toutes goûtées et je me suis régalée !!

Ce livre (et son petit frère, le n°2 de cette mini-série qui sortira d'ici peu) n'est disponible qu'en version numérique. Mais, si vous ne disposez pas de liseuse, vous pouvez télécharger gratuitement sur Amazon (au moment de l'achat) un logiciel qui vous permet de le lire sur votre PC, tablette, etc.



mercredi 19 juillet 2017

La biodynamie qu'est-ce que c'est ?



La biodynamie est un système de production agricole, issu du courant ésotérique de l'anthroposophie, dont les bases ont été posé par Rudolf Steiner, en 1924, sous la forme de huit conférences.

Cette méthode utilise des préparations à base de plantes pour activer ou maîtriser les « forces cosmiques » des planètes présentes dans le sol afin de soutenir un bon processus végétatif et limiter le développement des parasites.

Voilà la définition qu'en donne Jean-Michel Florin, coordinateur du MABD (Mouvement de l'agriculture biodynamique) : 

« L’agriculture biodynamique est une agriculture assurant la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux Hommes. Elle se base sur une profonde compréhension des lois du « vivant » acquise par une vision qualitative/globale de la nature. Elle considère que la nature est actuellement tellement dégradée qu’elle n’est plus capable de se guérir elle-même et qu’il est nécessaire de redonner au sol sa vitalité féconde indispensable à la santé des plantes, des animaux et des Hommes grâce à des procédés  thérapeutiques ». 


Prévue au départ pour la production agricole, cette technique peut être adaptée au jardin. Dans cette vidéo, Gérard Augé nous parle de sa pratique de la biodynamie adaptée au jardin potager :





..........

lundi 17 juillet 2017

Sortie du livre Les recettes gourmandes au Chocolat des Gourmandes Astucieuses de Katy Gawelik



Katy Gawelik, ma cuisinière en chef vient de sortir un nouveau livre intitulé Les recettes gourmandes au chocolat de Gourmandes Astucieuses.

Et, évidemment, devinez qui a du faire l'énorme effort de goûter TOUTES les recettes  ? C'est moi ! (pas toutes en même temps heureusement).Vous remarquerez que je ne recule devant aucun sacrifice !!😉😉

De toute façon le chocolat c'est bon pour la santé !

En tout cas, je me suis bien régalée, car Katy a réuni dans son livre ses recettes au chocolat les plus emblématiques et les plus gourmandes. Toutes les recettes du livre sont bios et sont diversifiées : simples, rapides, plus élaborées et pour toutes les occasions (Noël, Pâques, Saint-Valentin).

On retrouve aussi, associés à certaines de ces recettes, des fruits du jardin d'Ecolo-bio-nature (framboises, pommes, noix, noisettes, coings, etc.)

Si vous aimez le chocolat, laissez vous tenter, succombez à la tentation !! Le livre est disponible en version numérique et en version papier.


PS : Allez j'en profite pour vous partager un scoop, mais chut... Les 2 prochains livres en préparation (sorties imminentes) ont un rapport avec l'été et le jardin.

samedi 15 juillet 2017

Au secours, les insectes disparaissent !!



Je viens de lire un petit encart dans le magazine Rustica n°2482 qui m'a fait froid dans le dos !

J'étais déjà au courant depuis longtemps de la disparition des abeilles. Mais, comme mon jardin est un haut lieu de biodiversité où vit et se multiplie une grande quantité d'insectes en tout genre, je n'avais pas fait attention au fait que le problème avait pris une telle ampleur aussi pour les autres insectes.




Je vous livre l'article tel quel :

"Les insectes disparaissent.
Les données sont réunies peu à peu. La population des papillons a baissé de 50 %. Les apiculteurs alertent sur le taux de mortalité des abeilles. Enfin chacun s'en souvient : après un trajet en voiture, il fallait nettoyer le pare-brise, couvert d'insectes. Ce n'est plus le cas. Une étude parue dans la revue Science (n°6338, mai 2017) jette de nouveau un pavé dans la mare. En posant des pièges dans une zone humide en Allemagne, des entomologistes ont mesuré que près de 80 % des insectes ont disparu entre 1989 et 2013. Les scientifiques accusent les insecticides à base de néonicotinoïdes."




Alors, après avoir lu cela, que pouvons-nous faire ?

- tout d'abord manger bios pour faire baisser la quantité de denrées produites avec des pesticides,
- ensuite, jardiner bio,
- et aussi accueillir et développer la biodiversité autour de soi, dans son jardin, sa commune, son entreprise, etc.
Pour cela on peut
- installer une prairie fleurie,
- creuser une mare si vous en avez la place
- laisser un coin sauvage dans votre jardin où des plantes sauvages (comme les orties) pourront croître tranquillement
- planter des aromatiques
- planter des ombellifères, des plantes mellifères, etc.
- laisser monter à graines une partie de vos plantes,
- etc.




Vous pouvez également apporter votre soutien à tous ceux qui luttent pour la sauvegarde de la biodiversité et faire prendre conscience du problème autour de vous.

Toutes ces actions ne sont peut-être pas suffisantes, mais ce sera toujours mieux que de ne rien faire. Il est important pour chacun, à son petit niveau, de faire sa part.


Vous pouvez soutenir nos actions sur Tipeee  https://www.tipeee.com/ecolo-bio-nature

mercredi 12 juillet 2017

Eloge de l'arbre par Françis Hallé



Je vous propose une vidéo passionnante et fascinante de Françis Hallé (Botaniste et Biologiste, spécialiste de l'architecture des arbres et de l'écologie des forêts tropicales humides) qui nous parle de manière poétique, tout en étant très scientifique et rigoureuse, de l'arbre.






                

lundi 10 juillet 2017

Retrouver l'unité avec la nature



C'est l'été, la chaleur nous empêche parfois de travailler au jardin. C'est le bon moment pour lire.
Voici un extrait du livre de Steve Pavlina Le développement personnel pour les gens intelligents :

"Promenez-vous en pleine nature :

Se promener dans la nature est l'une des choses less plus simples que l'on puisse faire pour expérimenter l'unité. Même si vous n'avez qu'une heure ou moins, profitez-en pour vous éloigner de la vie urbaine et pour rétablir les liens avec vos racines naturelles.
Observez les animaux. Touchez les arbres. Sentez le vent sur votre visage.

Reconnaissez que vous faites partie de la nature, et qu'elle fait partie de vous. Vous n'êtes pas un visiteur étranger à cet environnement - vous en faites partie. Remarquez comme il est bon d'arrêter d'agir, d'arrêter de penser, et d'être simplement parmi les plantes et les animaux. Rappelez-vous que vous faites partie du règne animal.

L'un de mes environnements naturels favoris, c'est Sedona, en Arizona, à environ quatre heures de route de chez moi, à las Vegas.La dernière fois que j'y suis allée, j'ai suivi un sentier le long d'une montagne, découvrant une vue magnifique du canyon Boynton. Je me suis assis tout seul, et j'ai regardé le coucher de soleil pendant une heure, dans un état tranquille et méditatif. J'étais si paisible que je suis resté jusqu'à la dernière minute possible, laissant juste assez de clarté pour pouvoir redescendre le sentier avant que l'obscurité m'empêche de voir. De telles expériences permettent de bien recharger le côté émotionnel de l'unité".


Source images : flickr.com ; pinterest.com

samedi 8 juillet 2017

Batifolage sur fleur de carotte




Dans cette nouvelle vidéo, je vous propose de découvrir comment une simple fleur de carotte peut devenir un haut lieu de la biodiversité (et accessoirement un lupanar).


J'ai laissé une carotte en terre l'année dernière. J'en laisse toujours 1 ou 2 pour qu'elle fleurisse l'année suivante et qu'elles deviennent un haut lieu de biodiversité. Les fleurs sont butinées par de nombreux insectes. Cette année, elles servent également de lupanar. Des Téléphores fauves ont décidé de s’y accoupler gaiement. Un Leptura Fulva s’y promène et de nombreux autres insectes les butinent.












                

mercredi 5 juillet 2017

Petit tour dans la serre en permaculture, début juillet 2017



Dans cette vidéo, je vous propose une petite visite de la serre et de découvrir différentes plantes peu courantes dans nos régions (comme la margose de Chine ou le haricot dragon).




..............

lundi 3 juillet 2017

Immersion dans 2 jardins du Moyen-Age



C'est la période des vacances, donc le bon moment d'aller visiter des potagers !!

Comme en permaculture, on s'inspire (entre-autres) des savoirs ancestraux (en les adaptant et les modernisant), on retrouve souvent dans les potagers des permaculteurs (et notamment dans le mien) des plantes cultivées au Moyen-Age.

Je vous  propose donc de visiter, en vidéo, 2 jardins reproduisant les potagers du Moyen-Age, pour y puiser de l'inspiration. Un jardin montagnard et un jardin breton.


Tout d'abord le jardin de l'Abbaye d'Aulps dans le Chablais :





Puis, le potager de l’Abbaye du Relec à Plounéour-Ménez :



(source image : http://www.jardipedia.com)

samedi 1 juillet 2017

Zoom sur la Bourrache



En ce moment la bourrache est plutôt envahissante au jardin !
Comme elle se ressème seule, j'en retrouve un peu partout.

Heureusement, c'est une plante très utile.




La bourrache (Borago officinalis) est un plante annuelle de la famille des Boraginacées. Elle fait partie des plantes médicinales. Ses fleurs bleus à la forme étoilée caractéristique peuvent aussi être roses ou blanches.
Elle renferme du mucilage, des tanins, du nitrate de potassium et des alcaloïdes pyrrolizidiniques. Les graines renferment une huile riche en acide gamma-linolénique.




Son mucilage soulage les troubles respiratoires. De part la présence de nitrate de potassium, elle est diurétique et dépurative. Les cataplasmes de feuilles soulagent les irritations de la peau. Son huile est utilisée pour soulager de nombreux troubles allant du diabète à la schizophrénie en passant par l'arthrite ou le syndrome prémenstruel.




On ne mange pas que ses fleurs ! Ses tiges épaisses et ses larges feuilles charnues recouvertes de poils sont délicieuses.
Les feuilles jeunes et les tiges ont un goût de concombre. Les feuilles plus âgées se mangent en pesto ou cuites pour être farcies ou mangées en beignets ou comme des épinards. Les fleurs ont un léger goût d’huître.




C'est une plante mellifère, elle attire les insectes pollinisateurs et peut servir de biomasse pour pailler le sol. Elle se ressème seule (ou plus exactement grâce aux fourmis qui disséminent ses graines). Elle à tout à fait sa place dans un jardin en permaculture.


Si vous avez de la bourrache dans votre jardin, je vous recommande l'excellente recette, de Katy Gawelik, de Pesto à la Bourrache du Blog Les Gourmandes Astucieuses.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...